Actualités

Les fouilles s'achèvent à la grotte Bouyssonie

  • Publié le 17/07/2013 à 09:50
  • Par Marie Christine MALSOUTE


La cinquième campagne de fouilles s'achève à la fin de la semaine. Hier soir, archéologues, élus et préhistoriens se sont retrouvés sur place pour faire le point sur ce chantier qui confirme sa richesse et son intérêt majeur.





"Depuis l'an dernier, nous travaillons sur des niveaux de 25.000 ans, extrêmement intéressants et très riches. On trouve environ 200 pièces au m2", explique Damien Pesesse, directeur des fouilles. Ces strates correspondent au Gravettien, une phase du Paléolithique supérieur caractérisée par le débitage de lames en silex très droites utilisées comme pointes de projectile. Le responsable du chantier exhibe d'ailleurs un éclat de cette roche sédimentaire et en expose les faces: "On voit comment il a été travaillé. Il n'y avait pas de silex ici, il a été "importé" du Périgord. Nous pouvons ainsi voir les matières utilisées et toutes les activités réalisées dans leur traitement."

Sur le plan stratigraphique, les fouilles se déroulent désormais sur l'avant de la grotte, "sur un niveau de sable continu qui ne permet pas de différencier les époques. Dans 20 cm, il y a 3.000 ans d'occupations". Le savoir de l'archéologue prend toute sa dimension en s'appuyant sur des zones calcinées et des accumulations de charbon. Cette année, l’équipe a pu bénéficier d'un laboratoire sur place, installé à l'étage de la petite maison en brasier adjacente qui a été restauré pour les besoins par la Ville qui soutient ces fouilles "en partenariat exemplaire avec la DRAC", se réjouit l'adjoint au maire Etienne Patier. "Ce travail de déchiffrage des grès va nous permettre de  mieux comprendre le fonctionnement des différentes occupations et apporter un nouvel éclairage sur ce type de site et les choix stratégiques à suivre", complète Damien Pesesse. Car d'ici deux ans, les fouilles devraient permettre d'atteindre les niveaux de l'Aurignacien, encore un peu plus loin de nous, vers 35.000 ans.


**************


Sur ce sujet, vous pouvez aussi consulter nos précédents articles: