Actualités

Un bilan des soldes en demi-teinte

  • Publié le 31/07/2013 à 08:54
  • Par Marie Christine MALSOUTE


Les soldes d'été se sont achevés hier sur une note plutôt mitigée. Selon une enquêté réalisée par la CCI, la moitié des commerçants interrogés se disent non satisfaits des résultats. Seulement 46% le sont, mieux que l'an dernier où ils étaient 43,5%, un léger mieux. Pour eux, trop de soldes tuerait les soldes: 62,5 % d'entre eux sont d'ailleurs opposés au maintien du dispositif de soldes flottants.



On aurait pourtant pu s’attendre à un résultat plus satisfaisant. Evidemment, il y a la morosité ambiante avec un public qui achète davantage par besoins que par coups de cœur. Déjà, seulement 36,5% des commerçants sondés (un panel représentatif de 200 d'entre eux sur 415 dans le secteur lié à l'équipement de la personne) se disaient "satisfaits" voire "très satisfaits" de leur activité commerciale lors de la saison printemps-été précédant ces soldes.

Alors, comme l'an dernier, beaucoup voyaient dans les soldes l'occasion de se rattraper, aidés en cela par le beau temps dont l'absence avait sinistré un premier semestre difficile. Et bien non, s'il faut en croire l'enquête réalisée par la CCI de la Corrèze. Et ce n'est pas faute d'avoir affiché d'emblée de très grosses réductions entre -50% voire -70%. Des grosses remises surtout faites par les franchisés, les indépendants ne peuvent se le permettre et de son côté, le consommateur n’est pas dupe: il sait qu’avec de telles réductions, la qualité n’est pas au rendez-vous. Pourtant, encore hier, les clients sillonnaient les boutiques en ce dernier jour de soldes afin d'obtenir de meilleures ristournes.

Comparativement aux soldes d’été 2012, le chiffre d’affaires réalisé se révèle inférieur pour 39% des commerçants enquêtés, égal pour 44% et supérieur pour 17%. Certains ont donc bien sauvé leur saison, pour quelques uns elle n'était d'ailleurs pas en péril comme nous avions pu le constater au démarrage des soldes. Alors faut-il chercher une cause justement dans le calendrier? "Bien que partagés, les commerçants se satisfont à 42,5 % de la date de démarrage des soldes fixée cette année au 26 juin", commente le service consulaire d'études. "Ils restent tout de même 45,5 % à trouver cette date trop tôt dans le calendrier." Leur opinion reste aussi très partagée sur la durée de ces soldes: une période de 5 semaines étant considérée comme satisfaisante pour 66,5% d’entre eux, mais toujours trop longue pour 31,5%.

Trop de soldes tuerait-t-il les soldes? En tout cas, les soldes flottants (ces deux semaines de rabais à disposition des commerçants) seraient dans le collimateur: 62,5 % des commerçants interrogés sont opposés au maintien de ce dispositif. Seulement 20,5% d'entre eux en auraient d'ailleurs organisé dans le premier semestre 2013. Ils sont autant à en envisager  pour le second semestre. Une tendance en baisse de 10 points par rapport à leurs intentions d'il y a 1 an.