Actualités

Le Théâtre sur le Fil continue de tisser sa Médée

  • Publié le 29/08/2013 à 08:26
  • Par Jennifer BRESSAN


La compagnie Théâtre sur le Fil, en résidence au théâtre de la Grange jusqu'à vendredi, poursuit son travail autour de la Médée de Sénèque dont la création est prévue au 2e trimestre 2015. Les répétitions sont ouvertes au public. Infos au 05.55.86.97.99.

"Vous m'avez bouleversé!" Jean-Paul Daniel qui met en scène avec la compagnie Théâtre sur le Fil la Médée de Sénèque, accuse le coup après la répétition d'une scène réunissant Médée jouée par Séverine Garde-Massias et Jason par Frédéric Besse. "Ils m'ont troublé", se reprend-il, "car leurs propositions remettent en question tout mon tracé. Ils me font tout exploser. Vous m'énervez!"

Ce type d'énervement fécond qui chamboule tout, fait réfléchir, ouvre de nouvelles brèches. "Là, d'un seul coup, ça me donne des idées, j'avance." De fait, les mois ont passé et leur travail sur la pièce, initié il y a maintenant un an et demi, a évolué (nous vous en avions déjà parlé ici). Elle a même pris une toute autre direction. "On avait travaillé jusque-là de manière assez classique, formelle. Je suis en train de tout casser et d'aller vers quelque chose de plus quotidien, plus naturaliste", explique Jean-Paul Daniel. "On se donne les moyens d'explorer tous les possibles."

Il faut dire que la richesse de cette pièce, que la sombre profondeur de l'héroïne Médée qui, trahie et rejetée va manigancer une ultime revanche, est propice à l'exploration de l'âme humaine, incite au dépassement créatif. Aussi, ensemble, ils continuent de chercher, guidés aussi par la puissance magique des mots de Médée. "C'est un spectacle qui provoque, qui fait mal aux acteurs", assure le metteur en scène. C'est pourtant "un rêve d'actrice", confirme la comédienne Séverine Garde-Massias, ancienne élève de Michel Bruzat au Conservatoire d'art dramatique de Limoges. Elle parle aussi de"rôle sacralisé" et d'un personnage "formidablement contrasté" qui lui permet "d'expérimenter de nouveaux espaces de recherche".

Le metteur en scène et la comédienne, lancés pour la première fois avec la compagnie Théâtre sur le Fil dans un projet si audacieux, dont le budget avoisine les 100.000 euros et qui réunit une douzaine de personnes (jeu, technique, chant et lecture), l'assurent, exaltés par l'entrain de toute l'équipe: "On ira jusqu'au bout."

Après la Grange, la compagnie sera en résidence au théâtre, du 2 au 6 septembre, grâce à un partenariat renouvelé avec les Treize arches. Le jeudi 16 janvier à 18h30, la compagnie présentera une lecture de la pièce au théâtre. Entrée libre et gratuite.