Actualités

Le Rex projette "le meilleur de la Quinzaine des réalisateurs"

  • Publié le 10/09/2013 à 13:30
  • Par Jennifer BRESSAN


Cette semaine, le cinéma Rex projette en avant-première 3 films marquants présentés lors de la dernière édition de la Quinzaine des réalisateurs, au festival de Cannes. Après L'Escale de Kaveh Bakhtiari, projeté hier, place ce soir à 21h au délirant Les Garçons et Guillaume à table de Guillaume Gallienne présenté par Edouard Waintrop, délégué général de la Quinzaine.

En septembre, 31 salles de cinéma adhérentes au groupement national des cinémas de recherche (GNCR) invitent les spectateurs à voir, en avant première, des films marquants présentés lors de la Quinzaine des réalisateurs. L'occasion de faire découvrir aux publics les nouveaux talents ainsi que le travail d’exposition et de découverte des auteurs que mène la Quinzaine des réalisateurs depuis 44 ans durant le festival de Cannes.

Le Rex compte parmi ces salles, pour la 3e année. Trois films en avant-première sont projetés durant cette semaine. Le premier a été présenté hier soir. Le documentaire L'Escale de Kaveh Bakhtiari, jeune cinéaste suisse d'origine iranienne aura marqué les esprits. L'histoire vraie d'un groupe d'Iraniens qui vivent clandestinement en Grèce en attendant de trouver les moyens de rejoindre l'Europe. La précarité, l'angoisse de se faire rattraper par la police au détour d'une rue, la désolation de l'errance, l'abandon social, l'incompréhension familiale aussi parfois font la richesse d'un film dense et tragique qui prend aux tripes.

"On s'est pris le film dans l'estomac", a confié Edouard Waintrop, délégué général de la Quinzaine, critique de cinéma pendant 26 ans à Libération mais encore exploitant de salle à Genève, venu présenter le film hier soir. "A Cannes, il a aussi plu au public, et pourtant, ce n'est pas là où la conscience sociale est la plus élevée..." Il poursuit: "C'est un cinéaste qui a toujours écrit de la fiction et qui se destine aux fictions. Le hasard d'une projection, dans le cadre d'un festival en Grèce, lui a fait découvrir un cousin qui vivait alors à Athènes dans des conditions compliquées, en semi-clandestin. Il a alors eu un réflexe de journaliste, de cinéaste: il a filmé sa situation au sein d'un groupe d'Iraniens qui, comme lui, attendaient de se procurer des papiers."

Parmi les 1584 films reçus l'an dernier, seuls 3 documentaires devaient être choisis. L'Escale en a fait partie. "Nous ne nous appuyons pas sur des critères objectifs. Le choix repose sur des subjectivités ajoutées les unes aux autres. Il n'y a pas d'autres manières de sélectionner les films", a assuré le délégué général avant d'entamer avec le public un échange autour des émotions suscitées par la projection ainsi que l'essence du documentaire qui n'est autre que "la création d'une fiction à partir d'une réalité".

Ce soir, autre film autre ambiance avec Les Garçons et Guillaume à table de Guillaume Gallienne. "Un film plus grand public, très drôle, qui parle des rapports homme femme, d'homosexualité, de mensonge, de rêve, de réalité... Diamétralement opposés mais qu'on aime tout autant", a terminé Edouard Waintrop qui sera également présent ce soir lors de la projection, à 21h. Dernière avant-première jeudi soir avec A strange course of events, le nouveau long métrage de Raphaël Nadjari qui filme les retrouvailles entre un père et son fils.

Tarifs: 6,50 euros une avant-première, 15 euros les 3. Plus d'infos auprès du Rex au 05.55.23.29.01 et sur cinemarex.org.