Actualités

Début de l'enquête publique pour l'AVAP

  • Publié le 16/09/2013 à 06:30
  • Par Patrick MENEYROL


C'est aujourd'hui qu'est ouverte l'enquête publique pour l'AVAP, l'Aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine. Ce nouvel outil de préservation du bâti et des espaces donnait lieu vendredi soir dernier à une dernière réunion publique à la salle d'honneur. Autour d'Etienne Patier, conseiller à l'urbanisme et au cadre de vie, responsable du bureau d'étude et architecte des bâtiments de France, ont présenté une nouvelle fois le projet et répondu aux questions des Brivistes.

Moins de monde que d'habitude pour cette dernière réunion. Le signe sans doute que le processus AVAP et ses conséquences est désormais mieux appréhendé par les habitants. L’AVAP prolonge les travaux et la réflexion engagée par la municipalité en 2010 autour d’une zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager. Elle est destinée à remplacer ce régime, et notamment la règle un peu arbitraire des 500 mètres par d’autres plus cohérentes, plus précises, mieux adaptées et plus claires pour tous.

Protéger et valoriser, on pense bien sur avant tout au centre historique de la ville. Le cœur médiéval, les ceintures de boulevards, le patrimoine renaissance, les villas Belle Epoque ou encore le cours de la Corrèze. 3 zones sont déterminées. C’est un bâti qu’il convient de protéger et de mettre en valeur, mais avec la détermination de ne pas en faire seulement une sorte de musée à ciel ouvert, mais aussi un espace de vie, avec des commerces et des activités. Pour cela, l'AVAP ajoute une dimension sociale aux règlements antérieurs et pourra permettre une véritable reconquête du centre ancien.

Le nouveau dispositif intègre par ailleurs une notion de développement durable. Elle se traduit par la préservation et la mise en valeur du bâti ancien, par la mise en œuvre d‘économies d’énergie et l’exploitation des énergies renouvelables si elles n’ont pas d’impact sur le bâtiment, par la conservation des espaces libres et celle du paysage, ou encore par l’utilisation de matériaux locaux et de savoir-faire traditionnels.

L’intérêt de l’AVAP est de permettre et de favoriser la mise en place d’avantages fiscaux, pour les pouvoirs publics comme pour les particuliers. Mais au-delà de l’aspect fiscal, l’AVAP clarifie également les prises de décisions. Dans son périmètre, tous travaux de transformation ou de modification d’un immeuble est soumis à autorisation, l’architecte des bâtiments de France ayant un délai d’un mois maximum pour rendre un avis motivé. La commission locale de l’AVAP peut également être consultée par l’autorité compétente pour autorisation.

L'enquête publique se déroule jusqu'au 16 octobre. Durant ce mois, chacun pourra venir en mairie rencontrer le commissaire enquêteur lors de permanences prévues ce matin de 9h à 12h, samedi 28 septembre de 9h à 12h30, mercredi 2 octobre de 9h à 12h, vendredi 4 octobre de 14h à 17, mardi 8 octobre de 1h à 17h ou mercredi 16 octobre de 14h à 17h. En dehors de ces permanences, le registre d'enquête sera consultable à la direction du développement urbain au rez-de-chaussée de la mairie.