Actualités

Geneviève Fioraso décerne les félicitations au campus de Brive

  • Publié le 17/09/2013 à 14:36
  • Par Jennifer BRESSAN


L'université de Limoges a organisé hier sa cérémonie de rentrée au nouveau campus de Brive inauguré à cette occasion par Geneviève Fioraso entourée de nombreux officiels. Au terme de sa visite, la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche a adressé au nom du ministère ses félicitations aux acteurs qui, dans la collégialité, ont fait naître "cet équipement de grande qualité qui a fait le choix de l'innovation."



L'inauguration du nouveau campus universitaire de Brive a mis un terme, hier, à la longue attente suscitée par son ouverture. "Enfin!", s'est ainsi exclamé le député-maire de Brive et président de l'Agglo Philippe Nauche, en rendant hommage à Jean-Claude Cassaing, universitaire, ancien député de Brive et vice-président de la Région en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche, disparu en 2003. "Il s'était fortement impliqué pour que ce projet voit le jour en l'inscrivant, il y a 13 ans, au contrat de plan Etat-Région 2000-2006."

En présence de nombreux officiels au premier rang desquels Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, une visite des nouveaux bâtiments, menée par Raymond Quéré, professeur des universités et président du comité de site, a été l'occasion de découvrir les lieux. Sur deux niveaux, le nouveau bâtiment qui vient compléter les deux IUT juste en face, regroupe le centre juridique, le STAPS, une médiathèque ouverte sur l'extérieur grâce à un partenariat entre l'université et la Ville, un amphithéâtre de 200 places, l'antenne briviste du laboratoire XLim (avec ses 11 enseignants chercheurs et ses 10 doctorants) et un hall d'essai pour ce laboratoire de 180m2.

A la question de la pertinence des pôles universitaires implantés dans des villes de taille moyenne, la ministre a répondu par l'affirmative et rappelé qu'ils constituaient "la première université de France en accueillant 20% des étudiants répartis sur 126 sites dits de proximité, c'est-à-dire sur d'autres sites que le site central de l'université." Et de poursuivre: "Sans cette offre de formation de proximité, beaucoup d'étudiants ne poursuivraient pas leurs études", a-t-elle signifié en rappelant que le coût de la vie et de l'hébergement étaient plus accessibles dans des territoires de la taille du Limousin, mais aussi que "le climat d'apprentissage y était plus favorable, surtout pour des étudiants venant de l'étranger. Ils ont beaucoup plus de chance de réussir dans des pôles à dimension humaine. Aussi suis-je prête à aider des régions comme la vôtre à attirer des étudiants étrangers."

Pour autant, elle a aussi souligné que cette proximité devait être gage de qualité. "J'ai ressenti ici cette exigence d'excellence", a-t-elle affirmé à l'issue de la visite, chiffre à l'appui: "Les étudiants de ces sites de proximité sont deux fois plus performants en premier cycle au regard de la moyenne nationale." Une qualité qui, elle le croit, ne saurait faire l'économie d'un fonctionnement collégial. En ce domaine, la ministre s'est dite frappée par "la cohérence de la vision que vous partagez du territoire sur la question de l'enseignement supérieur. Tous les territoires ne sont pas aussi unis. Vous avez fait le choix de la mise en réseau avec les collectivités territoriales, les entreprises et le site universitaire de Tulle", a-t-elle salué, en se référant à l'étude stratégique récemment finalisée entre Brive et Tulle pour un projet de pôle universitaire et de formation.

La gestion des énergies renouvelables et les systèmes d'information, la silver economy, l'université numérique qui pilote nationalement sur le site de Brive l'université numérique "IUT en ligne" , l'agroalimentaire et plus généralement l'alternance constituent les axes stratégiques de développement de ce pôle "qui ne demandent qu'à trouver leur concrétisation", a indiqué Philippe Nauche. Pour la ministre, cela constitue "un réservoir de projets d'avenir. Le choix de l'innovation et de la réponse aux défis sociétaux."

Geneviève Fioraso s'est aussi félicitée de la multiplication des relations tissées avec les entreprises passant par différentes conventions dont une pour le centre de valorisation des agro-ressources. "Grâce à cette dynamique, vous avez pu créer 6 licences professionnelles en lien étroit avec les milieux socio-économiques" où l'alternance a une place importance.

Les différents pôles de la Région, identifiés comme pionniers par la ministre, ont été qualifiés par la présidente de l'université Hélène Pauliat "de ressources pour les territoires", facteurs d'attractivité et de développement. "S'il n'y avait pas d'université à Limoges, la ville et le Limousin auraient du mal à se développer", a souligné Jean-Paul Denanot, président de Région. "Le rôle des pôles universitaires implantés dans les villes moyennes sera essentiel dans le futur paysage de l'enseignement supérieur et de la recherche, tel qu'il est dessiné dans la loi du 22 juillet", a assuré la ministre. "Et il l'est déjà dans les faits."