Actualités

La CRC a rendu un rapport sur la gestion de Brive depuis 2008

  • Publié le 23/09/2013 à 14:03
  • Par Olivier SOULIÉ


La Chambre régionale des comptes du Centre Limousin a rendu son rapport sur la gestion de la commune de Brive entre 2008 et 2012. Outre le fait que la CRC ne travaille qu'à l'échelle de la commune "alors qu'il aurait fallu intégrer une dimension intercommunale pour appréhender notre réalité budgétaire", le maire Philippe Nauche s'est déclaré "en plein accord avec le rapport".

Le rapport d'observations définitives de la Chambre régionale des comptes du Centre Limousin sur la gestion de la commune de Brive entre 2008 et 2012 vient d'être transmis aux élus.

Dans la conclusion, on peut lire notamment: "L'analyse financière sur la période 2008 – 2011 montre une forte progression du niveau d'endettement (+50%). (…) . Alors que le niveau des investissements atteint sur la période (30 millions d'euros en 2011 contre 15,5 millions d'euro en 2008) (…) explique seul la dégradation de l'endettement communal, la poursuite d'un tel niveau de dépenses d'équipement n'apparaît pas soutenable et compromet, à court terme, l'équilibre réel du budget de la collectivité". La chambre invite donc la Ville "à proportionner les investissements futurs, à défaut de quoi il ne resterait comme variable d'équilibre qu'une hausse de la fiscalité locale, qui a été écartée jusqu'à présent".

A première vue, la conclusion invite à la prudence. Pourtant, Philippe Nauche partage le constat de la CRC et se montre rassurant: "Nous avons mené une politique d'investissement que nous assumons pleinement puisqu'elle a permis, sans augmentation des taux communaux de la fiscalité locale, de remettre notre ville au niveau où doit être une ville de 50.000 habitants en terme d'équipements, de culture, de social, d'éducation, et ainsi de renforcer son attractivité et son développement."

Les investissements ont également permis de "soutenir l'économie locale" dans une période délicate pour nombre d'entreprises.

L'endettement relevé par la CRC est donc, au regard du premier magistrat, un "endettement utile". Il est également "comparable aux communes de la même strate" et "préserve notre capacité de désendettement inférieure à 10 ans, seuil que nous souhaitons maintenir dans les années futures".

Le député-maire assure que les investissements à venir seront proportionnés afin de maintenir une capacité de désendettement inférieure à 10 ans. "Nous passerons d'environ 23 millions d'investissements en moyenne tous les ans à 14 ou 15 millions", chiffre-t-il.

Dans le même temps, l'Agglo de Brive, dans le cadre de sa compétence développement économique, investira plus que ces dernières années puisqu'elle aura la charge de l'aménagement des terrains de Brive-Laroche, ce dossier étant "le plus important de la prochaine mandature avec celui de la caserne Brune".

Ce passage du relais de l'investissement entre la Ville et l'Agglo permettra de poursuivre une politique de soutien aux entreprises locales tout en calibrant les investissements de la Ville à un niveau soutenable, comme le préconise la CRC.