Actualités

"Pas question de laisser le patronat seul sous les projecteurs"

  • Publié le 01/10/2013 à 14:07
  • Par Marie Christine MALSOUTE


Alors que se tient le forum Mecanic Vallée dans l'espace des Trois provinces, dehors, la CGT donne de la voix pour la défense de l'emploi. "L'industrie, c'est la production, pas la spéculation." Avec une action phare à midi en mobilisant cette fois tous les secteurs afin "d'établir un vrai contre-poids et imposer d'autres choix de gestion".



Dedans, les patrons, donneurs d'ordre, organismes de formation et officiels. Dehors, les syndicats CGT de la métallurgie et du collectif Mecanic Vallée qui tiennent eux aussi forum en prenant le pouls des quatre départements représentés, Corrèze, Lot, Aveyron et Haute-Vienne. Deshors, les Fonderies d'Ussel, Ratier Figeac, Altia, Borg Warner, la SAM, Pivaudran... comme en écho, chaque nouvelle des entreprises plombe un peu plus l'ambiance. Le compte se fait en licenciements, précarité, recours à la sous-traitance...

"En 5 ans, 10% des emplois dans l'industrie ont été détruits", assène Alain Hebert, animateur CGT Mecanic Vallée et conseiller fédéral. "Le souci des patrons n'est pas l'emploi mais la satisfaction financière des actionnaires." Pointant politiques patronales et politiques tout court, le militant dénonce "les promesses non tenues" et en appelle à une mobilisation sociale importante pour faire contre-poids "si on veut imposer d'autres choix de gestion dans ce pays", "basés sur la production, l'emploi et l'attractivité des métiers".

Les CGTistes travaillent d'ailleurs à affiner leurs 7 propositions, déjà émises l'an dernier, "pour une réindustrialisation et une vraie politique de l'emploi dans nos régions". "Nous ne sommes pas des aboyeurs de service", réfute le conseiller. "Nous voulons démasquer la situation", relance son camarade  local Daniel Geneste. "L'organisation Mecanic vallée n'est pas représentative de l'activité industrielle sur le bassin de Brive, elle laisse en marge une quantité d'entreprises, y compris dans le secteur métallurgique. On ne peut pas laisser ce patronat-là avoir seul pignon sur rue. Au contraire, il a nécessité d'une approche globale de l'activité industrielle, en intégrant par exemple l'agro-alimentaire: 20% des commandes de la mécanique vont vers ce secteur..." D'où cet appel à une mobilisation générale à midi. Les syndicats CGT devaient également interpeller le patronat de Mecanic vallée et être reçus en sous-préferecture par le commissaire de la République.

 



Sur ce sujet, vous pouvez également consulter notre article: