Actualités

Trampoline: des pros en réseau pour mieux aider les jeunes

  • Publié le 05/12/2013 à 14:33
  • Par Olivier SOULIÉ


Le réseau Trampoline organise aujourd'hui, à la CCI, sa 13e journée d'étude et de réflexion, avec pour thème "la clinique de concertation". L'occasion d'évoquer ce réseau dont l'objectif est de coordonner les interventions autour d'enfants, d'adolescents et jeunes majeurs en grande difficulté.

"Apporter de l'aide aux personnes en détresse est un vrai défi, et travailler en réseau peut alors prendre tout son sens", a souligné Chantal Féral-Mons, maire adjoint, en ouvrant la 13e journée d'étude et de réflexion organisée par le réseau Trampoline.

Cette journée, consacrée à "la clinique de concertation" (dont l'objet social et les principes régulateurs sont définis ici), se déroule depuis ce matin à la CCI.

La matinée a été dédiée aux interventions de trois "cliniciens de concertation", et l'après-midi fut l'occasion d'une mise en pratique pour les participants à travers des ateliers.

La psychologue Anne-Marie Therreau-Guerut a présenté à l'assistance - uniquement composée de professionnels œuvrant auprès d'enfants ou de jeunes gens dans les domaines du soin, de l'aide, de l'éducation, de la sécurité et du contrôle -, le réseau Trampoline: "Il coordonne les interventions des professionnels ou représentants des institutions autour des enfants, adolescents et jeunes majeurs en grande difficulté résidant en Corrèze."

Trampoline, financé par l'Agence régionale de la santé et le Conseil général, poursuit quatre objectifs:

  • organiser la coordination de l'ensemble des interventions,

  • garantir la continuité et la cohérence des projets individualisés,

  • harmoniser les pratiques,

  • favoriser la création d'une culture commune en organisant des actions de formation, d'informations et de recherche.


Chacun des nombreux acteurs du réseau l'a sans doute bien compris, mais Anne-Marie Therreau-Guerut l'a tout de même rappelé: "Dès lors qu'un intervenant se sent en difficulté et ressent le besoin de s'arrêter pour réfléchir, nous sommes là pour le soutenir."