Actualités

Cérémonie au Centre Michelet

  • Publié le 11/12/2013 à 10:00
  • Par Patrick MENEYROL


Les représentants de 8 associations étaient rassemblés hier soir dans les jardins du Centre Michelet autour de la stèle commémorant la déclaration universelle des droits de l'homme. Des droits qui, malgré leurs différences, fédèrent le combat de ces associations pour un plus grand respect de chaque être humain. Une cérémonie dédiée à Nelson Mandela.

Le moment se voulait solennel en cette année du 65e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'homme. Autour de la stèle commémorant la signature de cette déclaration, le 10 décembre 1948 par l'assemblée générale des nations-unies réunie à Paris au palais de Chaillot, les représentants de 8 associations qui, malgré leurs différences, et leurs divergences, se retrouvent autour de cette lutte pour la dignité humaine. Amnesty international, CCFD-Terre solidaire, Citoyens du monde, la Fraternité Edmond Michelet, la Ligue des droits de l'homme, le Mouvement pour la paix, Peuples solidaires-Appels urgents et le Secours Catholique: tous réunis dans le collectif du 10 décembre.

Comme chaque année, un article de la déclaration universelle des droits de l'homme est mis en avant. Cette année, le collectif a décidé que ce serait le 13. Un article qui stipule que "toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat", de même que "toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays". Cet article, selon le collectif, prend une résonance particulière "au regard de ce qui se fait et se dit en France comme en Europe" depuis quelques temps. Le message était clair. "L'Europe et la France se ferment aux migrants, que ce soit ceux d'Afrique ou les Roms. Les discours et les actes sont de plus en plus protectionnistes et le cycle infernal des expulsions forcées a repris pour des populations dont les droits sont bafoués. Les Roms sont chassés sans pitié".

Des discours applaudis par la vingtaine de personnes présente, ponctués par la lecture par des collégiens de Jean Moulin d'une liste de préjugés dont sont victimes les Roms et les gens du voyage, et par les voix de la chorale de l'association Tulliste "Peuples et cultures" qui est venue chanter Djelem Djelem que l'on peut traduire par je suis parti, je suis parti, qui est l'hymne de la communauté Rom. Les droits de l'homme qui seront encore à l'honneur début 2014 avec, Françoise Gautry, adjointe à la culture l'a annoncé hier soir, l'inauguration de la place devant la gare qui sera baptisé Parvis des droits de l'homme.