Actualités

Ça vole haut place du Civoire

  • Publié le 18/07/2009 à 10:04
  • Par Jennifer BRESSAN
Jules et Emmanuelle, les hibouxN'y voyez là aucun mauvais jeu de mot. Les oiseaux de proie sont de sortie aujourd'hui au coeur de la ville et croyez-en vos oreilles: ça chuinte, ça hulule... Ils vous attendent jusqu'à 17h. Ne manquez pas le clou du spectacle: entre 15h et 16h, ils prendront leur envol.



Sous le regard ébahi des petits mais aussi des plus grands, aigles, buses et hiboux prennent la pose.

Cendrillon, l'aigle royal.C'est le moment de sortir votre objectif grand angle car si vous voulez immortaliser Cendrillon, un aigle royal de deux ans, qui n'a pas volé son nom, il vous sera utile : 2,30 m, les ailes déployées, ça commence à faire et croyez-en les personnes présentes, c'est spectaculaire ! Imperturbable sur son perchoir, elle trône, impériale. Puis soudain, elle s'agite, tente de prendre son envol: le public retient son souffle. Ses liens la ramènent inlassablement à son poste initial, alors elle tourne et se retourne et semble pavaner: "Regardez-la qui fait la belle", s'exclame Bernard.

Une petite fille s'exclame devant JulesLes autres favoris des spectateurs sont les hiboux "Grand Duc" d'Europe: leurs yeux sont "hypnotiques". Jules et Emmanuelle ont 4 mois, Catherine, 2 ans. Ne vous fiez pas à ses gros yeux qui lui donnent des airs de constante ébahie. De la force, elle n'en manque pas et surpasse même l'aigle royal. Elle est capable d'exercer une pression de 450kg par cm2 sur la tête du mouton qu'elle vient de choisir pour déjeuner.

Buses mexicaines et jamaïcaines sont aussi de la partie; c'est l'une d'elle que René, l'un des dresseurs de Carcassonne, choisit et entraîne sur son bras ganté le long de la rue Toulzac. A considérer la taille des serres, on imagine que l'épaisseur du gant de protection est conséquente, on le souhaite en tout cas. Les spectateurs sont impressionnés, les vendeuses sortent de leur boutique, les passants se retournent, médusés, et ouvrent de gros yeux qui les font ressembler à ces hiboux dont ils se moquaient peu de temps auparavant. Les mamans avancent les poussettes, mais prudentes, elles restent à bonne distance. " C'est  impressionnant de les voir dans les rues, d'aussi près", avoue Michelle. Les enfants en restent bouche-bée: tout se passe dans leurs yeux, émerveillés, qu'ils gardent grands ouverts.

Promenade matinal pour René et Tippy dans la rue ToulzacLa fauconnerie est de Carcassonne. Les oiseaux et leurs dresseurs font le tour de la France. Ils seront demain à Salers, les 1er et 2 août à Donzenac. René nous explique que les oiseaux de proie souffrent d'une mauvaise image qui repose sur des légendes. N'y portez aucune attention, ils ne s'attaquent pas aux hommes. La fauconnerie vise entre autres choses à répandre ce message, à calmer les peurs et participe aussi à la sauvegarde de certaines espèces en voie d'extinction. A l'état sauvage, la nature prive l'aigle entre 20 et 30 ans de son bec et de ses griffes qui tombent. Dénué de ses outils de chasse, l'oiseau de proie meurt de faim. En captivité, il peut vivre jusqu'à 30 ans.

"Sur les Alpes, on est aigle ou crétin", a écrit Victor Hugo. Certainement... Sur la place du Civoire, en tout cas ce matin, tout le monde était... émerveillé.

Tippy, sous tous les angles

Les enfants s'en donnent à coeur joie pour caresser le hibou...

L'oiseau de proie déploie ses ailes pour le grand bonheur des enfants.