Actualités

Les jeunes des centres au coeur du match contre Toulon

  • Publié le 22/01/2014 à 16:22
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Des jeunes des centres socioculturels visitent les installations de l'équipe première du CABCL rugby

Cet après-midi, à quelques jours du match de rugby contre Toulon, une trentaine de jeunes des centres socioculturels ont visité les installations du stadium et rencontré deux des joueurs professionnels. Ceux qui veulent pourront même assister au match samedi soir. Et trois d'entre eux auront l'honneur de donner le coup d'envoi.

Cet article a été réalisé avec nos stagiaires Marion, Justine et Maëva.



salle muscuJour de repos pour les joueurs du Top 14 qui rencontreront samedi à 20h30 au stadium le Rugby club toulonnais. Couché sur le banc de musculation, Venione Voretamaya soulève sans peine pour les jeunes visiteurs 60kg sous le regard amusé du pilier Damien Lavergne. "C'est lourd?", s'extasient aussitôt les enfants autour de lui. "Non, ça va", répond en français l'ailier d'origine fidjienne. Les jeunes des trois centres socioculturels des Chapélies, Tujac et Rivet ont pu visiter toutes les installations de l'équipe première. Cette visite s'intégrait dans le cadre de la convention qui lie le CABCL Rugby et la Ville de Brive et par laquelle le club s’engage à effectuer des missions d’intérêt général. Il s’agit pour la structure professionnelle de participer à des actions d’animation, d’éducation ou de cohésion sociale.

les vestiairesGuidés par le directeur commercial, les enfants sont passés de la salle de soins aux salles de vie ou de musculation. Visiblement, ce qui les a le plus intéressé, c'est encore les vestiaires: "Y'a le nom de tous les joueurs", expliquent Stan et Florient, 9 ans chacun et passionnés de rugby. Ce dernier notamment, qui pratique ce sport, n'avait d'yeux que pour la place de son idole Riaan Swanepoel. "Il joue en 10", précise-t-il. "Ils ont beaucoup de chaussures!", s'étonne de son côté une des filles devant la montagne de baskets au dessus de chaque emplacement. "Oui, il y en a une paire pour chaque jour d'entraînement", répond un des garçons.

la roue

infirmerieAutre sujet d'amusement: la roue de la loterie très spéciale qui trône dans la salle de vie des joueurs. On y lit: "Le couloir de la mort", "Laver le jacuzzi", "Porter un bandeau", "String" et autres gages dont peuvent écoper les joueurs qui arrivent en retard ou dans la mauvaise tenue. Au bout de la petite heure de visite, les jeunes étaient visiblement heureux. "Est-ce que ça vous donne envie de jouer au rugby?", questionne malicieusement Camille Lemeunier, adjointe au maire en charge de l'enfance et de la jeunesse. "Nooon", crie la majorité. Ce qui ne les empêche pas de vouloir assister à un match. D'ailleurs, pour eux, l'aventure ne s'arrête pas là puisque tous ceux qui le souhaitent pourront assister au match samedi soir. "On pourra voir un match en vrai, pas à la télé", se réjouissent d'avance Rakibou et Mathias. Un quizz attendait les visiteurs de retour dans leur centre respectif. Il départagera les trois enfants, un par centre, qui donneront le coup d'envoi du match.

groupe