Actualités

Un nouveau Plan Particulier d'Intervention pour Butagaz

  • Publié le 29/01/2014 à 16:29
  • Par Patrick MENEYROL


Le préfet de la Corrèze était cet après-midi au dépôt Butagaz de la zone de Beauregard. Bruno Delsol y est venu présenter le nouveau Plan Particulier d'Intervention (PPI) du site gazier. Ce dernier, classé en Sevezo seuil haut en matière de risque industriel, fait en effet l'objet d'un plan de secours approprié en cas de problème.

Le site Butagaz est le seul site bénéficiant d'un PPI sur le département de la Corrèze. Il faut dire qu'il héberge plus de 500 tonnes de gaz de pétrole liquéfié. Ce plan a fait l'objet d'une nouvelle mouture pour se conformer aux nouvelles normes européennes en matière de gestion et d'intervention sur les risques industriels. Il présente les mesures applicables dans l'organisation des secours pour la sauvegarde des populations voisines, exposées à un sinistre débordant les limites strictes du site. Une étude des dangers a donc été effectuée par l'exploitant lui même, sous le contrôle de la direction régionale de l'environnement.

Des mesures ont d'ores et déjà été prises. Ainsi, par exemple, les sphères de stockage du gaz, 500 m3 chacune, ont été "confinées" dans des enceintes en béton. L'approvisionnement ne se fait plus par train mais par camions. Des camions-citernes qui ont vu leurs implantations de chargement et de déchargement modifiées, tout comme les systèmes de détection de gaz et de flammes ou les systèmes d'arrosage automatique des zones sensibles. De plus, le POI (plan d'opération interne) qui organise les interventions au sein de l'établissement, a lui aussi fait l'objet d'un réaménagement en collaboration avec les pompiers.

La suite logique était donc la modification du PPI. Le but étant de tout prévoir à l'avance pour réagir vite en cas d'incident. Un rayon de 1.000 mètres autour du site, dans un scénario grave, a été défini. Cela représente environ 3.500 habitants et plus de 30 entreprises. En cas d'accident, un schéma de diffusion d'alerte a été mis en place. Il commence par l'activation de la sirène située sur le toit de l'usine. Cette dernière est le signal qui doit informer les populations de se mettre à l'abri chez soi ou dans les locaux où elles se trouvent et surtout de ne pas sortir. Dans le même temps, un centre opérationnel serait activé à la préfecture, un poste de commandement avancé serait installé au centre Jacques Cartier, le périmètre serait bouclé y compris l'autoroute et la voie ferrée, et les moyens de secours mobilisés.

Suivant le principe qu'un riverain informé est un riverain qui contribue à sa propre sécurité et à celle des autres, une brochure présentant l'existence et la nature du risque, ses conséquences, et les choses à faire et à ne pas faire en cas de problème, sera distribuée à la population concernée. C'est un document important qui devra, non seulement être lu, mais conservé par tout un chacun. Il sera doublé par une affiche précisant, elle aussi, les consignes de sécurité à adopter en cas d'urgence.