Actualités

Le regard singulier d'Olivier Gouery sur ce qui l'entoure

  • Publié le 31/01/2014 à 17:19
  • Par Olivier SOULIÉ


Le centre culturel de Brive accueille, jusqu'au 1er mars, une exposition de photographies signées Olivier Gouery, urbaniste de formation et photographe autodidacte. Intitulée « Résidence primaire », l'exposition a lieu alors que sort le livre éponyme du photographe.

Olivier Gouery, 44 ans, vit à Brive depuis 2 ans. Ce natif d'Amiens a exercé dans l'urbanisme, en banlieue parisienne, du côté de Nanterre, Puteaux, Villeneuve la Garenne ou Rosny-sous-Bois.

« Travailler à la réhabilitation des quartiers signifie trop souvent les métamorphoser et effacer ce qu'ils furent. J'avais parfois du mal à l'accepter. Et puis, même si le confort des habitants est évidemment important, il se trouve que j'aime les trottoirs défoncés, les friches, les clôtures pas à la même hauteur ».

Parti vivre en Creuse avec sa famille en 2001, l'urbaniste décroche un poste de chargé de mission dans l'habitat, avant de changer de vie. « Je suis allé vers ce que j'avais profondément envie de faire ». Il passera un CAP de projectionniste, dirigera le cinéma de La Souterraine avant de rejoindre Brive en 2012, pour travailler au Rex en qualité de médiateur cinéma et projectionniste.

Passionné d'images, cinématographiques comme photographiques, Olivier Gouery est membre fondateur du collectif L'Oeil arpenteur, et expose régulièrement dans la région.

A travers les 30 photographies (quelques-unes sont à découvrir ici) et le texte présentés à l'exposition « Résidence primaire », Olivier Gouery mêle démarche personnelle et invitation à la contemplation de ce qui nous entoure.

« Ces photos sont une sorte de journal. Chaque image est comme une page de mon existence, une manière de dire que j'ai été là à un moment donné. Une fois la photo réalisée, je pense déjà à la suivante ».

Au delà, c'est également un regard singulier sur la transformation de l'environnement, sur la façon dont les hommes abordent leur espace, la manière dont ils le considèrent, souvent en fonction de leur rôle social. Un même espace ne sera en effet pas considéré du même œil par un paysagiste, un architecte, un urbaniste, un touriste. Olivier Gouery propose un autre regard, le sien, celui d'un être qui se pose, prend le temps de faire des lieux de passage de son existence des sites susceptibles d'être source de créativité pour qui sait regarder.

Photo Olivier Gouery« Dans ces environnements, je repère un élément qui m'interpelle et je le photographie en étant contraint de faire avec ce qui l'entoure ».

Si le photographe offre ses œuvres très personnelles aux regards, c'est avec l'espoir de celles-ci provoquent quelques échanges avec ceux qui viendront les voir.

« Exposer, c'est finalement une façon d'exister avec les autres ».

Photo Olivier Gouery**************


L'exposition « Résidence primaire » se déroule jusqu'au 1er mars au centre culturel de Brive, 31 avenue Jean Jaurès.

Elle est accessible en entrée libre tous les jours de 9h à 12h (10h – 12h le samedi) et de 14h à 19h.

Le livre Résidence primaire, préfacé par le célèbre auteur-compositeur-interprète Dominique A, est en vente sur place ou en prenant contact avec le photographe via son site internet.