Actualités

Une biodiversité vivifiante

  • Publié le 07/04/2014 à 14:39
  • Par Marie Christine MALSOUTE

Hélène Monéger de l'association Battement d'ailes parlant de jardins partagés


Il n'y avait pas que des séniors à la conférence débat sous le label "Bien vieillir, vivre ensemble" qui se tenait cet après-midi à la salle du Pont du Buy. Des jeunes du lycée agricole de Voutezac avaient fait le déplacement pour entendre parler de "terre lieu d'échange, de partage et de convivialité..." En clair de jardins partagés et de biodiversité.



La Semaine nationale du développement durable s'achève aujourd'hui. Loin d'y mettre un point final puisque la Ville propose encore les deux jeudis à venir, 10 et 17 avril, des concerts sur le pouce sur le thème de l'eau, cette conférence-débat voulait au contraire ouvrir les réflexions et inciter tout un chacun à adopter d'autres comportements. Les décennies précédentes nous ont entrainé dans une course à "l'agriculture intensive et destructive", à "l'élevage industriel et polluant". L'alerte a été donnée pour tenter de faire machine arrière en revenant à des comportements plus raisonnés, plus responsables aussi. Tel était la ligne conductrice des différentes intervenants à cette conférence. Des considérations d'écologie globale, chacun est vite passé à une dimension plus locale.En s'appuyant sur des expériences sur le terrain.

"Il faut reboiser, rediversifier le végétal comme l'animal, associer les cultures", expliquait Frédéric Zuchello de l'association Le Battement d'ailes. Pour lui, la démarche est "porteuse de filières économiques". L'ingénieur agronome a insisté sur la fertilité des sols: "Avoir des animaux dans le sol, c'est bon signe, il ne faut pas chercher à les éliminer, ils composent la matière organique". Sa collègue Hélène Monéger a abordé la "fertilité humaine, du cœur et de l'esprit" qui insufflent les jardins partagés dont elle est animatrice: "Ils nous permettent de nous réapproprier notre cadre de vie et de renforcent le lien social. C'est une nouvelle forme de liberté et d'autonomie".

Impossible de traiter de la biodiversité sans parler du rôle déterminant des insectes pollinisateurs. Ce qu'a largement démontré l'apiculteur Yves Laplanche, également président de l'Abeille corrézienne, sous le choc de la vandalisation du rucher école des Perrières (vous pouvez lire notre article en cliquant ici). Une biodiveristé qu'a également défendu Anne Reyss, professeur agrégée de biologie et géologie. Les lycéens de Voutezac sont repartis avec des carnets de note bien remplis. Les autres participants avec de précieux conseils et une invitation à venir visiter le site du Battement d'ailes ou participer aux divers ateliers.