Actualités

Les patrons corréziens, entre crainte et léger optimisme

  • Publié le 17/04/2014 à 12:20
  • Par Patrick MENEYROL
 barometre economique

La Chambre de commerce et d'industrie de la Corrèze présentait ce matin son traditionnel baromètre conjoncturel. C'est la 6e année que la CCI réalise cette enquête d'opinion. Un panel de 220 chefs d'entreprises a été interrogé entre janvier et mars derniers. Résultats contrastés selon les secteurs avec au mieux, pour certains, quelques perspectives timides d'amélioration dans l'année.

Est-ce un frémissement? Peut-être. Mais il reste pour le moins très timide et relativement précaire. Selon le baromètre de la CCI, une partie des entreprises interrogées (36,8%) se déclare satisfaite par leur chiffre d'affaires réalisé en 2013. Un résultat presque stable par rapport à l'année précédente et qui concerne essentiellement des sociétés qui travaillent en "b to b" (business to business), à savoir l'industrie, le commerce de gros et les services aux entreprises. Ce sont les seules à tirer leur épingle du jeu avec des chiffres d'affaires et des investissements stables ou en hausse, et donc des perspectives de développement pour 2014, même si elles restent assez limitées.

Pour le reste, la situation est très morose et l'année 2014 suscite, dans beaucoup de cas, de véritables craintes. C'est le cas des entreprises qui travaillent en lien direct avec les consommateurs. Bâtiment et travaux publics, hôtellerie et restauration, commerces de détail, services à la personne, tous ses secteurs ont connu une année 2013 difficile avec une dégradation de la charge de travail, de la rentabilité et de la trésorerie. Pour l'année en cours, les perspectives restent moroses, voire pessimistes pour bon nombre de patrons de ces sociétés, notamment dans le BTP qui voit, en plus de la president ccibaisse de la demande de constructions de maisons individuelles, un risque important de chute des commandes publiques, conséquence des budgets de plus en plus serrés des collectivités locales.

En présentant ce baromètre, Jean-Louis Nesti, le président de la Chambre de commerce et d'industrie, n'a pas caché ses inquiétudes pour certains secteurs d'activité. Il veut cependant rester optimiste et voit, dans le maintien ou l'amélioration timide de l'activité industrielle, une raison d'espérer. Pour lui, "si l'industrie résiste ou repart, mécaniquement, elle tirera l'activité économique vers le haut". Autre raison de garder espoir: dans des entreprises pour lesquelles les mois à venir restent sujets à inquiétude, les dirigeants, dans leur majorité et hormis le BTP, n'envisagent pas de suppressions d'emplois. Ils sont même 45% à affirmer qu'ils prévoient de recruter en 2014.