Actualités

A 16 ans, Raphaël Bousseyroux sait voler avant même de conduire

  • Publié le 18/04/2014 à 09:38
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Raphaël Bousseyroux pilote ULM multiaxes

C'est un grand ado aimable et posé. Déterminé surtout. A 16 ans, alors même qu'il commence juste la conduite automobile accompagnée, Raphaël Bousseyroux vient d'obtenir son brevet de pilote ULM et une bourse pour poursuivre sa formation. Une belle image pour son club Aquar'aile.


Raphaël Bousseyroux pilote ULM multiaxes


"J'aimerais être pilote, si possible dans l'armée", espère le jeune Briviste en 1ère S au lycée Cabanis. Mais alors que beaucoup rêveraient de la chasse et de son illustre Rafale, lui, ce qui le fait "planer", ce serait plutôt, sans qu'il sache vraiment l'expliquer, "les gros transporteurs", Transall, Hercules ou Airbus.

Raphaël Bousseyroux et ses enseignants au BIA de Cabanis"J'ai toujours aimé ça." Son premier contact avec le manche, Raphaël le doit au BIA (Brevet d’initiation aéronautique) préparé au Lycée Cabanis qu'il décroche à 15 ans. "C'est un brevet qui initie au monde aéronautique, pas forcément pour devenir pilote, mais pour déclencher l'envie de travailler les maths, la physique, l'histoire", commente Julien Pierre, l'enseignant chargé de suivre cette formation. L'obtention du BIA donne droit à un vol d’initiation avec Aquar'aile sur ULM multiaxes, des petits avions à s'y méprendre. "Ça a été une révélation", avoue Raphaël. Aussitôt, il s'inscrit au cours de pilotage et ne tardera pas à être autorisé à voler solo dans le périmètre de l'aéroport. "Il a été lâché au bout de 12 heures, c'est assez exceptionnel", précise son instructeur Jean-Marc Magem qui couvre d'éloges son poussin: "Il est très posé, très mature et il a des réactions que des pilotes de plusieurs années n'ont pas."

instructeur et raphaelCertes l'ULM reste plus abordable financièrement et réglementairement que l'avion, mais il n'en faut pas moins s'accrocher pour suivre une formation grandement tributaire de la météo. Et Raphaël s'est accroché. "Il réservait deux cours par semaine pour avoir toutes les chances de pouvoir décoller. A l'examen théorique, il n' a fait que 2 fautes sur 40, c'est très bien", applaudit l'instructeur. En 9 mois, Raphaël obtient son brevet de pilote ULM multiaxes. C'était en mars dernier. Depuis, il s'envole seul maître à bord. Il ne peut pas transporter de passagers. Pour l'instant. Car Raphaël poursuit sa formation pour accumuler les heures de vol qui lui donneront l'expérience.

Remise de chèque par le Comité régionalHier après-midi, sur le tarmac de l'aéroport, tous ceux qui l'ont accompagné dans son envol, s'étaient rassemblés pour la remise d'une bourse fédérale de 550 euros qui permet de prendre en charge environ 40% du coût de sa formation s'élevant à environ 2000 euros. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, il recevait aussi de la Région Limousin une prime de 300 euros via le Comité régional ULM. De quoi aller plus loin et plus haut.

A noter que l'association Aquar'aile organise des journées portes ouvertes les 17 et 18 mai prochains. L'occasion de venir découvrir ces ULM d'une nouvelle génération. "C'est plus abordable que l'avion, l'atterrissage est plus court donc on peut aussi se poser sur beaucoup plus de terrains, avec l'accord des propriétaires bien sûr. Et question sécurité, comme il est plus léger, il est équipé d'un parachute en cas de panne qui descend l'ensemble de l'appareil", détaille Jean-Marc Magem.