Actualités

"Un été sans alcool" pour replonger dans la Résistance à Brive

  • Publié le 02/05/2014 à 07:30
  • Par Marie Christine MALSOUTE

Ete sans alcool


Le livre sort ce 2 mai et revient sur un massacre qui a réellement eu lieu aux portes de Brive en novembre 1943. Il est signé par un enfant du pays, Bernard Thomasson, qui a débuté sa carrière de journaliste en Limousin. Aujourd'hui rédacteur en chef adjoint à France Info, il signe son deuxième roman et revient sur les souvenirs de son père maquisard.



Thomasson © Hermance Triay c"A mon père André, alias Guy dans les maquis de Corrèze est de Dordogne." La dédicace annonce la couleur. Un été sans alcool entraîne en effet le lecteur dans la Résistance à Brive et va s'appuyer sur un drame bien réel: le massacre de La Besse. Le 11 novembre 1943, les 42 membres de l'Armée secrète de ce camp défilèrent à Sainte-Féréole. Quatre jours plus tard, ils étaient dénoncés et leur camp encerclé par les troupes allemandes: 18 maquisards furent tués, 8 déportés, les 16 autres réussirent à se sauver.

N'allez pas croire pour autant que l'auteur vous entraîne dans une reconstitution historique des événements. Que nenni ! "La moindre ressemblance avec des personnes existante ou ayant existé serait fortuite", précise l'avertissement. "En revanche, le lecteur pourra reconnaitre de nombreux lieux décrits, notamment à Brive où je suis né", prévient Bernard Thomasson. De fait, l'auteur campe ses personnages à notre époque pour mieux remonter la trace façon Cold case.

On vous raconte le début. Charles est un homme vieillissant. Orphelin de mère dès la naissance, ses grands-parents lui ont fait croire qu’il était leur fils jusqu’à sa majorité. Qui était son père? Il ne l’a jamais su. Il l’imagine résistant, mort en martyr, mais est-ce sûr ? Héritier de l'importante distillerie de liqueurs à Brive (on vous a prévenu que toute ressemblance, bla, bla, bla), marié sans amour, il a tout vendu et s’est installé à Paris où il mène une vie d’homme riche et solitaire, désenchanté et alcoolique. Jusqu'à cette "rencontre" avec Matt, de nombreuses décennies son cadet. Agressé dans un parc, le jeune de banlieue, sportif, musicien et passionné d’histoire, va lui venir en aide. Il l’engage, enfin décidé à savoir la vérité sur son père, quelle qu’elle soit.

Ete sans alcool J-9782021167658-crg.inddAccompagné de Matt et de la petite amie de ce dernier, Charles entreprend une enquête sur les maquis de Corrèze. De rencontre en rencontre, de fausse piste en récits qui font comprendre la complexité de l’Histoire vécue à hauteur d’homme, il va accomplir un itinéraire qui lui permettra de se détacher de ses illusions mais de retrouver auprès de ses jeunes compagnons, sa dignité. L'écriture est fluide, les personnages souvent pittoresques. Bernard Thomasson dépeint surtout une très attachante amitié, non sans accroc, qui finit par se nouer entre le vieux Charles, prisonnier du passé et le jeune Matt tourné vers l’avenir. Un roman touchant que l'auteur devrait certainement venir dédicacer en novembre à la Foire du livre.

Un été sans alcool, Seuil, Collection rouge, 228 pages, 17 euros.