Actualités

Régis Languillat marche pour Madagascar

  • Publié le 12/05/2014 à 09:29
  • Par Jennifer BRESSAN


Aujourd'hui, il doit être en route pour Comiac, dans le Lot. Vendredi il arrivait à Brive. Régis Languillat est parti de Guérande le 19 avril et devrait arriver à Vitrolles le 6 juin au terme d'une marche solidaire de 49 étapes et 1051 km grâce à laquelle il espère collecter un maximum de dons pour financer la construction d'une école à Madagascar.

Régis LanguillatDe la vingtaine de kilomètres qu'il venait de parcourir vendredi soir, comme chaque jour depuis le 19 avril, il n'en paraissait rien. C'est que Régis Languillat est un marcheur infatigable. Il l'a d'abord fait par nécessité suite à son opération du cœur avec cinq pontages coronariens en 2009. Quitte à marcher, autant marcher utile, estime rapidement cet ancien pompier volontaire.

"Ma femme et moi voulions parrainer un enfant." En découvrant l'existence et les projets de l'association Vahiny Madagascar, créée en 1990 et qu'il rejoint en 2006, rapidement, le couple décide de franchir le pas. "Mon premier voyage à Madagascar fut le déclencheur", indique-t-il en pointant la misère qu'il y a découverte.

Lions club Brive DoyenParmi les projets phare de l'association, la reprise du chantier de l'école primaire de Soavimbahoaka, abandonné par un organisme mafieux. "Suite à nos collectes, l'association a pu envoyer 15 000 euros pour commencer les travaux de maçonnerie. Les matériaux ont été livrés et les ouvriers ont fabriqué les parpaings sur place qui ont été utilisés pour les murs extérieurs et les cloisons." Il poursuit: "On ne travaille qu'avec des structures et sur des projets qui émanent d'une volonté collective des habitants. C'est la condition sine qua non pour qu'ils s'impliquent, s'approprient le projet, et ça, ça change la donne."

Le bâtiment, qui comprend 6 classes, un bureau, une bibliothèque, des toilettes avec lavabo et un puits a fait sa rentrée en octobre dernier. "L'école est terminée mais elle n'est pas finie de payer", avance le marcheur. 8.000 euros manquent à l'appel.

Régis LanguillatGrâce à sa marche, entreprise le 19 avril depuis Guérande, Régis Languillat a déjà pu récolter 4.000 euros. Il espère que d'ici le 6 juin, date de son arrivée devant les grilles de la Française des jeux, il aura pu réunir la somme manquante et même la dépasser. Car tout ce qui viendra en plus permettra de nourrir les 240 élèves que peut accueillir la cantine. "Il faut 36 euros pour nourrir un enfant pendant un an. Et il y en a 166..."

Surprenante, son arrivée à la Française des jeux s'inscrit dans "un projet purement philanthropique", explique celui qui y a exercé le métier de détaillant pendant 7 ans. "Mon but est que les responsables de la Française des jeux présentent l'association Vahiny Madagascar aux gagnants qui désireraient faire un don anonyme pour une association humanitaire."

Epaulé sur son parcours par les mairies qui mettent à sa disposition une salle communale pour qu'il présente son action au grand public (la salle du Pont du Buy vendredi soir à Brive), les amicales des sapeurs-pompiers qui lui fournissent le gîte et le couvert et transportent ses affaires d'étape en étape et enfin les Lions Clubs aidant à la médiatisation du projet, Régis Languillat est à présent au milieu de sa marche solidaire de 1051 kilomètres. Marche tout au long de laquelle il espère rencontrer du soutien, pour les enfants de Madagascar, et récolter des parrainages, des dons et des bonnes âmes l'accompagnant sur un bout de son parcours.

Plus d'infos sur le site de l'association Vahiny Madagascar.