Actualités

Le Salon de l'habitat, porteur d'espoirs dans un secteur en crise

  • Publié le 23/05/2014 à 18:01
  • Par Jennifer BRESSAN

27e salon de l'habitat


Le Salon de l'habitat, qui a ouvert ses portes ce matin à l'Espace des Trois provinces, a été inauguré en fin d'après-midi par le maire de Brive Frédéric Soulier, entouré de nombreux élus. Véritable vitrine pour les métiers du bâtiment, le Salon est devenu au fil des ans un rendez-vous incontournable pour les particuliers porteurs d'un projet lié au logement. Il se poursuit jusqu'à dimanche 19h. Entrée libre.


Dans les allées rouges du Salon de l'habitat, en fin d'après-midi, les personnes arpentent, observent, questionnent. Des cartes sont échangées, des rendez-vous pris. C'est le cas de Claudine et Didier, qui arrivent de la Sarthe et se sont récemment installés sur Brive. "On cherchait des informations sur la rénovation et le double-vitrage."

De leur côté, Arthur et Nicole, venus sans but précis, repartent avec une bonne idée à laquelle ils ne manqueront pas de penser lorsque se posera la question de l'aménagement: les dalles alu les ont conquis. "C'est pratique et abordable."  Les Nantais Emilie et Frédéric, eux, ont été informés par leurs grands-parents brivistes de l'existence de ce Salon. Ils sont là en balade et jettent un œil sur la déco.

couper du ruban


C'est comme cela au Salon de l'habitat. Il y a autant de propositions que de projets, de solutions que de questions auxquelles se proposent de répondre quelque 120 professionnels représentant une quarantaine de corps de métiers (on vous en a déjà parlé ici).

VisiteC'est ainsi une belle vitrine pour le secteur du bâtiment ainsi que les métiers transversaux qui y sont liés. Une vitrine qui n'a jamais autant compté dans un contexte de crise qui frappe durement le secteur entre "taux de TVA à la hausse et taxes multiples", a rappelé dans son élocution inaugurale Frédéric Villeneuve, président de l'association organisatrice du Salon. Une situation inquiétante que le président de la CCI Jean-Louis Nesti a voulu relativiser: "Il y a de l'espoir", en appuyant cette conviction sur "la qualité des exposants, des entreprises et des personnes qui y travaillent. Il s'agit de recréer de l'activité et de travailler dans le même sens."

Un avis partagé par le maire de Brive Frédéric Soulier, qui a pris le temps d'aller à la rencontre des professionnels de chaque stand du Salon. "Il faut que tous ensemble, quelle que soit l'étiquette politique, nous soyons aux côtés de ceux qui créent et investissent", a-t-il indiqué en rappelant l'ambition de la majorité de diminuer les frais de fonctionnement pour augmenter l'investissement. "Le logement est un secteur qui depuis 30 ans ne vit que de contraintes. " Aussi, a-t-il expliqué que, "grâce aux grands projets qui seront portés sur Brive, ce secteur ne sera pas oublié et qu'un plan d'action serait mis en œuvre pour lui permettre de se projeter sur 3 ou 5 ans", pour in fine "soutenir l'économie briviste et corrézienne".

Quant à la date trop tardive du Salon cette année, imposée par la tenue des élections municipales, le maire a fait suite à la demande de Frédéric Villeneuve en assurant que l'édition 2015 retrouverait sa place au mois de mars dans le calendrier des manifestations.

Sur ce même sujet, vous pouvez consulter notre précédent article:

visite