Actualités

Marché de l'immobilier : "un attentisme prudent"

  • Publié le 10/07/2014 à 08:50
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Immobilier brive1 pano

Des taux d'intérêt historiquement bas, des prix au m2 tout autant, et même dans notre département parmi les plus bas de l'hexagone : ce serait donc "le moment d'acheter". Et pourtant, la reprise n'est toujours pas là. C'est ce que constate l'Observatoire économique de l'immobilier de la Corrèze qui vient de rendre public son diagnostic: "Le marché reste attentiste. Il y a un manque de confiance en l'avenir, dû à un manque de visibilité sur l'emploi, l'économie, la législation…"



conférence de presse de l'Observatoire de l'immobilier de la CorrèzeLes professionnels du secteur le matin, la presse l'après-midi auront eu droit hier à une 9e édition quasi identique à la précédente. Si ce n'est le retour sur des acquéreurs de 30 à 44 ans, souvent aidés par l'apport d'un don ou d'une succession, l'Observatoire a en effet rendu, à un an d'intervalle, un diagnostic similaire. "Après les années de "surchauffe"  de 2002 à 2007, nous sommes sur un scénario de lent atterrissage", constate le président de la CCI Jean-Louis Nesti.La reprise tarde à venir: "La baisse des prix serait pourtant de nature à relancer le marché. Les acheteurs bénéficient actuellement d'un contexte immobilier très favorable."
Cette étude départementale englobe les arrondissements de Brive, Tulle et Ussel. Elle a été menée sur un panel représentatif de 52 agences immobilières ou études notariales et passe au crible les forces et faiblesses comme les menaces et opportunités du marché, tant en ce qui concerne l'accession, la location que l'immobilier à usage professionnel.

Immobilier brive4

En ce qui concerne l'accession, les prix de l'ancien n'ont jamais été aussi bas: "moins 11,5% pour les appartements et moins 12,5% pour les maisons sur un an", détaille Anne Mambrini, responsable de l'Observatoire. "Des prix également parmi les plus bas de l'hexagone: 1180 euros le m2 pour les appartements anciens contre 2300 au national hors Ile de France, fin 2013." Les ménages n'en restent pas moins attentistes. Le diagnostic fait apparaître "une baisse de la primo-accession, une frilosité des investisseurs avec un dispositif Duflot perçu comme moins attractif, une baisse des logements individuels mis en chantier…"

Immobilier brive3Même constat concernant "un marché locatif très hétérogène", avec "une baisse ou une stabilité des loyers favorisant ainsi les candidats locataires, de l'ordre de 2% dans l'Agglo de Brive comme de Tulle", des loyers qui se situent là aussi "dans une moyenne basse par rapport aux autres régions françaises". Le diagnostic pointe entre autres "une inadéquation entre offre et demande" avec "un niveau d'exigence accru de la part des locataires" et "un manque d'entretien d'une partie de ce parc locatif". De fait, nombre de logements restent vacants.

Immobilier brive5L'immobilier professionnel n'échappe pas au même inventaire: "Il y a des disponibilités foncières pour entreprendre et un prix du foncier attractif", mais "une augmentation du nombres de locaux commerciaux vacants" malgré "des prix en baisse". Certains fonds sont d'ailleurs "difficilement transmissibles" (rénovation, mise aux normes).

Pourtant la Corrèze offrirait de belles opportunités: une qualité de vie indéniable, une position géostratégique, un tissu économique diversifié avec, c'est à souligner, des créations d'entreprises (+ 2,2% sur un an à fin mai 2014, source APCE) et des projets structurants qui peuvent favorablement impacter l'immobilier. Et de lister les pôles multimodaux des gares briviste et tulliste, la ZA de Brive Laroche ou d'Ussac Donzenac, l'AVAP (Aire de valorisation architecturale et paysagère) de Brive, le campus universitaire et bientôt l'INISUP pour les études commerciales, la rénovation urbaine des Chapélies, la reconversion de la caserne Brune…

Immobilier brive6"Nous avons retrouvé les niveaux de prix d'avant 2007", comparent René Labrousse et Christophe Berthou, les deux représentants, respectivement régional et départemental, de la FNAIM (Fédération nationale de l'immobilier". "C'est le moment d'acheter, les prix et les taux sont très favorables." Mais l'horizon ne semble pas s'éclaircir et l'attentisme perdure. "Il y a un manque de lisibilité sur l'économie, l'emploi, la réglementation et les ménages préfèrent différer leurs achats", explique Jean-Louis Nesti qui demande au gouvernement de favoriser ce retour à la confiance économique en incitant la création préalable de richesses. "Il faut souhaiter pour 2015 un retour de la confiance de la part des ménages, une reprise de la demande et en particulier de la primo-accession."

Vous pouvez télécharger les principaux résultats de ce diagnostic sur le site de l'Observatoire économique de l'immobilier de la Corrèze.