Actualités

Des mesures contre les nuisances autour des boîtes de nuit

  • Publié le 04/08/2014 à 13:02
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Discotheque la charrette

Après de nouvelles plaintes concernant les nuisances autour des deux discothèques Le Cardinal et La Charrette, le maire de Brive a pris une première série de mesures afin de mettre un terme à la répétition de ces incidents et garantir la tranquillité nocturne. D'abord, par la présence de la patrouille de nuit qui sera habilitée à verbaliser. Et dans un second temps, en investissant dans un dispositif de vidéo-protection.



Discotheque le cardinal"Trop, c'est trop" pour les riverains excédés par les nuisances récurrentes provoquées par les attroupements des clients des deux établissements de nuit brivistes. Suite à de nouvelles plaintes, Frédéric Soulier a donc décidé de réagir afin de "maintenir la tranquillité nocturne des quartiers avoisinants".  Ces deux quartiers entrent d'ailleurs dans le périmètre de l'arrêté municipal pris le 24 juillet dernier relatif à la sécurité et la tranquillité publiques qui renforce dans le temps et l'espace la réglementation déjà en vigueur. Ces interdictions (regroupements de chiens, occupation prolongée sur l'espace public, action de mendicité agressive, consommation d'alcool et fait d'uriner sur la voie publique) vont demeurer tout l'été et jusqu'au 31 octobre.

Cet arrêté autorise ainsi les policiers municipaux à verbaliser et sanctionner ces agissements. Dans le cadre de la patrouille de nuit installée à la demande de la nouvelle équipe, "la police municipale va également assurer une présence physique tôt dans la matinée devant La Charrette, en particulier les vendredis, samedis et dimanches matins entre 4 et 6h". Ceci afin de prévenir les attroupements. Elle sera habilitée à verbaliser les auteurs de troubles dans le cadre de ce même arrêté du 24 juillet. L'information a d'ailleurs été distribuée par la police municipale aux riverains. S’agissant aussi d’une problématique d’ordre public relevant de la responsabilité de l’Etat, le maire a également saisi directement par écrit la commissaire de police et le sous-préfet.

Ceci pour l'immédiat. Car dans un second temps, "la Ville investira dans un dispositif de vidéo-protection qui permettra d'accompagner la présence de la police municipale".