Actualités

Le petit marché du mardi à Thiers

  • Publié le 11/08/2014 à 12:30
  • Par Marie Christine MALSOUTE

Marche Thiers1 pano


Il n’a certes pas l’ampleur de celui du samedi qui occupe toute la place de Lattre-de-Tassigny, « place Thiers » disent les Brivistes. Beaucoup ignore même son existence. Et pourtant ce petit marché du mardi a ses inconditionnels. Il va vivre sa belle saison avec une bonne douzaine d'étals, bouchers, fromager, rôtisseur, maraîchers, vendeuses de tourtous ou de plats chinois cuisinés sur place...



Marche Thiers3Il fut un temps glorieux où le marché Thiers drainait tout autant son chaland samedi, mardi et jeudi. Puis jeudi s’en est allé… et beaucoup ont pensé que mardi avait fini lui aussi par s’étioler. Il est vrai que le passant qui circule ce matin-là sur le boulevard n’est pas interpellé par l’effervescence d’une fin de semaine. Il n’empêche. Toute l’année, qu’il pleuve, vente ou neige, une poignée de professionnels sont fidèles au rendez-vous.

Dans le lot, il y a bien sûr les « poids lourds » des longues files d’attente du samedi : la fromagerie Bonal et les Salaisons du lac, toujours côte à côte, en butée de la rue maréchal Leclerc. « On a beaucoup de retraités. Ou alors en tout début de matinée, ceux qui travaillent », commente le boucher Dominique Leroy. Disposé en équerre devant eux, le long banc du revendeur malemortois de fruits et légumes, fidèle au lieu depuis plus de 10 ans : « En semaine, on travaille surtout avec les gens du quartier et les touristes ».

Marche Thiers7Depuis quelque temps, le marché frémit d’une vigueur nouvelle. D’autres étals sont venus s’aligner le long de sa partie couverte : le camion de la boucherie Bach, celui du rôtisseur, une fabricante de tourtous, une marchande de fraises, une vendeuse de confitures, quelques maraîchers du samedi…

« C’est surprenant et agréable de voir qu’il y a du monde. C’était un essai et je pense qu’on va continuer à venir à la rentrée », se félicite justement le maraîcher de Bétaille, Laurent Valette. Depuis décembre dernier, Armelle Galipot vient chaque mardi de Dordogne pour cuire tourtous au sarrasin et crêpes. « Le tourtou, c’est un produit d’ici. Il se consomme été comme hiver, surtout l’hiver avec les civets, les sauces, les rillettes. J’ai vite fait ma clientèle attitrée. Brive est mon meilleur marché. »

Marche Thiers4Certes, les beaux jours ne sont pas étrangers à ce regain d’activité. Jean Bordessoulles qui habite Bouquet, en profite ainsi depuis 20 ans, pour écouler le surplus de son jardinage. Madame Chang, par ailleurs professeur de mandarin, a cuisiné tout l’été de savoureuses recettes chinoises avec les produits qu’elle se procurait sur le marché. Qu’ils soient réguliers ou intermittents, tous espèrent un signe d’un renouveau pour ne pas voir disparaître ce rendez-vous hebdomadaire. Tout comme la mairie qui attribue les demandes d’implantation. « Nous avons la volonté de maintenir ce marché vivant, même s’il est plus restreint l’hiver », assure le placier Damien Chanourdie.

Cet été, le petit marché a compté jusqu’à une bonne douzaine d’étals dont la plupart devraient se maintenir au moins jusqu’à la fin octobre avec les produits de saison.

Marche Thiers6