Actualités

Brive fête le 70e anniversaire de sa libération

  • Publié le 15/08/2014 à 13:54
  • Par Michel DUBREUIL
Le campement allié devant le centre MicheletDe nombreuses manifestations sont venues marquer le 70e anniversaire de la libération de Brive. Une journée riche en émotion et en rendez-vous.

C'est par un dépôt de gerbes au pied de la stèle du docteur François Labrousse, un des 80 parlementaires a avoir refusé de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, qu'ont débuté les cérémonies marquant le 70e anniversaire de la libération de Brive. Les monuments consacrés à Guédin-Vaujour, aux cheminots brivistes, à Edmond Michelet, et au lieutenant-colonel Farro ont également par la suite reçu l'hommage des autorités civiles et militaires.

Dépôt de gerbe à la stèle de François LabrousseLe cortège s'est ensuite rendu à la stèle du 15 août 1944 pour le temps fort de cette journée, en présence des porte-drapeaux, du 126e RI, des sapeurs-pompiers et de l'Harmonie municipale Sainte-Cécile. Mathias Deau, élève du conservatoire de Brive a lu un texte écrit à l'occasion de ce 70e anniversaire, rappelant les quatre années de guerre, de la défaite à la libération de la ville.

Après le chant des partisans interprété a capella par Nathalie Marcillac, Antoine Jeandeaux du Conseil régional des jeunes et Gianluca Lanza, du Conseil municipal des jeunes ont lu le message de la Résistance, en présence de Charles Thoulemond et de Lucien Nouet, deux anciens résistants.Dépôt de gerbes stele du XV aout

Après les dépôt de gerbes, les participants ont rejoint le centre Edmond Michelet devant lequel les membres de l'association du Jeep club terrassonnais avaient reconstitué un campement militaire allié. Des véhicules (Jeep, Dodge, half-track, motos...) mais aussi de l'armement et des expositions permettaient aux visiteurs de découvrir de nombreux aspects méconnus. Le public pourra aller à la rencontre de ces passionnés aujourd'hui vendredi jusqu'à 23 heures et le samedi 16 août de 10h à 18h.

Dans les jardins du centre Michelet, que le maire a souhaité voir prochainement labélisé Musée de France, Frédéric Soulier est intervenu en invitant chacun "à remonter 70 ans en arrière jusqu'à ce jour où s'est joué le destin d'une ville. Voilà 70 ans, la bravoure de nos aînés, qui ont fait le choix de résister, de ne jamais se résigner, de ne jamais se soumettre, s'est joué le destin de notre ville".

Au centre MicheletAprès avoir rappelé les principales étapes qui ont mené à la reddition de la garnison allemande de Brive le 15 août à 21h15, Frédéric Soulier a rendu hommage à "ces figures, résistants de la première heure, à qui nous devons notre part de liberté", comme François Labrousse, Germain Auboiroux arrêté et déporté à Dachau où il retrouva Edmond Michelet, Germain Quintel, Jacques Poirier, les colonels  Vaujour et Guédin, sans oublier "les 122 résistants morts et les anonymes".

"La Résistance ne fut pas le combat d'un courant d'idées, d'une faction, mais la mobilisation d'un peuple, aiguillé par un groupe de femmes et d'hommes déterminés et qui ont contribué à faire basculer le cours de l'histoire. Elle a posé, en inspirant les valeurs de la libération, les jalons de la réconciliation franco-allemande et l'Europe de la paix qui vaut aujourd'hui à la France d'avoir vu grandir les premières générations qui n'eurent jamais à vivre la guerre sur son sol", a conclu le maire Frédéric Soulier. Le sous-préfet de Brive a conclu en rappelant que 70 ans plus tard, "nous avons toujours à combattre l'hydre de la barbarie et du fanatisme".

depot de gerbes plaque lieutenant colonel Farro

depot de gerbes stele Cariven

depot de gerbes stele du hall de la gare SNCF

depot de gerbes stele Edmond Michelet

depot de gerbes stele Guedin Vaujour