Actualités

Handicaps : rendre la ville toujours plus accessible

  • Publié le 18/12/2014 à 10:28
  • Par Marie Christine MALSOUTE

Accessibilite1pano


"C'est pas mal, mais pas satisfaisant", résume "en tant qu'utilisateur" en fauteuil roulant Didier Trarieux, conseiller municipal en charge, avec son homologue Carine Voisin, du handicap. Tous deux ont réuni hier soir la commission communale d'accessibilité qu'ils souhaitent élargir afin de mieux en structurer l'action. Trois groupes de travail doivent approfondir des thèmes qui amélioreront le quotidien. La loi exige que soit définit d'ici septembre 2015 un Agenda d'accessibilité programmée (AD'AP) qui engage sur les réalisations à venir.



Accessibilite3"Le coeur de ville est globalement abordable... C'est pas mal, mais pas satisfaisant car on est obligé de réfléchir au parcours que l'on doit suivre pour ne pas buter sur un trottoir", commente Didier Trarieux. "Pas mal" pour lui car la ville se situerait au dessus de ce qu'impose la loi dans certains domaines. "Par exemple, en hyper centre, il y a une vingtaine de places de stationnement PMR (Personnes à mobilité réduite signalisées en bleu, NDLR), soit 9% alors que la loi en impose 2%. De même au delà du centre en stationnement aérien." Faut-il encore que ces places soient bien aux normes.

Accessibilite2Autour de la table des représentants d'associations venus en nombre, des élus, des référents des services municipaux. "La mise en accessibilité ne concerne pas que les fauteuils roulants. Elle prend en compte les différents types de handicaps, sensoriels, mentaux, psychiques", précise Carine Voisin. "Elle facilite également le déplacement de tous ceux qui rencontrent une difficulté plus ou moins temporaire à se déplacer, les parents avec poussette, les personnes âgées..."

Le but de cette séance était de faire un point sur les actions faites ou à réaliser. "La loi prévoit que la mise en accessibilité sera obligatoire pour tous les établissements recevant du public au 1er janvier 2015. Mais une ordonnance du gouvernement, publiée en septembre dernier, accorde un délai pour exécuter les travaux, à condition de s'engager dans une démarche nommée Agenda d’accessibilité programmé." C’est cette démarche ainsi que le dispositif de mise en oeuvre qui ont été présentés hier soir à la commission.

Accessibilite5

Huit thèmes d'action ont été ciblés, du déplacement à la solidarité en passant par la santé, le logement, l'éducation, l'information, la citoyenneté et les sports culture loisirs. Et pour chacun, des chantiers à approfondir. Trois groupes de travail, réunissant des représentants d'associations, des élus et de référents municipaux, vont se répartir ces thèmes. "Plus il y aura de représentants d'associations, plus le travail sera efficace et la citoyenneté participative efficiente", incite Didier Trarieux.

Ces groupes de travail, nommés "experts" devraient se réunir dès le premier trimestre de la nouvelle année car il y a urgence puisque l'AD'AP doit être achevé pour le 27 septembre 2015. Il listera ainsi un  calendrier de réalisations à effectuer dans les 3 à 9 ans en suivant un Plan d'accessibilité de la voirie et des espaces publics.

Dans les pistes évoquées: la création de plusieurs itinéraires de déplacement en toile d'araignée autour de la collégiale, vers la gare, l'hôpital, le stadium, les plaines des jeux, les lycées... Il est question également d'organiser une journée Brive handicap afin de sensibiliser le public, avec entre autres la possibilité pour des valides d'évoluer en fauteuil roulant ou dans des combinaisons de vieillissement. Le décompte est entamé vers une "accessibilité pour tous et en tout".