Actualités

126e RI : Des élus corréziens au ministère de la Défense

  • Publié le 18/12/2014 à 16:19
  • Par Olivier SOULIÉ
intro 126

Le maire de Brive Frédéric Soulier, le député Philippe Nauche et le sénateur Claude Nougein, ont rencontré, hier, le général Bosser, chef d'état-major de l'armée de Terre, au ministère de la Défense, pour évoquer le dossier du 126e RI.

« Depuis 10 ans, du retard a été pris en terme d'investissements pour le 126e RI à la caserne Laporte », a expliqué le maire de Brive Frédéric Soulier. « Nous devons désormais inciter le ministère de la Défense à mettre les bouchées doubles ».

C'est dans cette perspective que Frédéric Soulier a rencontré, hier, en compagnie du député Philippe Nauche et du sénateur Claude Nougein, le général Bosser, chef d'état-major de l'armée de Terre, au ministère de la Défense. L'officier, arrivé à ce poste en septembre dernier, a ainsi pu prendre toute la mesure d'un dossier important pour l'économie et l'image de la ville.

Si une récente lettre du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, adressée au député Philippe Nauche, assurait que « des investissements importants vont être consentis » sur la période 2015 – 2020, afin « d’améliorer les capacités opérationnelles (accueil de véhicules et d’engins opérationnels) et les conditions de vie et de travail de ses personnels », Frédéric Soulier souhaite la mise en place d'un calendrier précis concernant ces investissements.

Dans ce cadre, le général Bosser se rendra à Brive « au cours du 1er trimestre 2015 », a indiqué le maire de Brive.

Pour l'heure, « le seul investissement véritablement acquis concerne la construction d'un bâtiment pour les équipements FELIN, pour un montant de 3,2 millions d'euros », a précisé l'élu, avec l'espoir « de voir bientôt être actés les financements pour l'infirmerie et pour le bâtiment d'une compagnie ».

La rencontre, jugée « très positive » par Frédéric Soulier, a également permis de sensibiliser le chef d'état-major sur la problématique de 1,5 ha de la caserne Brune (qui s'étend sur 6 ha), jusque là non pris en considération dans l'aménagement global du futur quartier Brune et que la Ville souhaiterait acheter. Une réflexion sur le devenir de l'école Louis-Pons, établissement scindé en deux parties par une route, pourrait alors être sérieusement envisagée.

Sur ce thème, vous pouvez également lire nos précédents articles: