Actualités

Le plan Vigipirate en Corrèze

  • Publié le 15/01/2015 à 10:49
  • Par Patrick MENEYROL
Plan vigipirate SNCF 1pano

Le préfet Bruno Delsol, accompagné de Frédéric Soulier, du vice-procureur, des autorités de la gendarmerie, des polices nationale et municipale ainsi que celles de la sécurité de la SNCF étaient ce matin en gare de Brive. Il s'agissait de faire le point sur les mesures de sécurité mises en œuvre en Corrèze pour le plan Vigipirate renforcé.

Plan vigipirate SNCF 2Le plan Vigipirate renforcé s'applique dans plusieurs cas. Soit la connaissance de projets d'actions terroristes imminents, soit que ces actes aient été perpétrés. Il engage des mesures exceptionnelles de sécurité sur le territoire national, et donc en Corrèze. En se rendant à la gare de Brive ce matin, le préfet tenait à préciser ce que cela signifie concrètement.

Plan vigipirate SNCF 5Ces mesures consistent avant tout en une surveillance générale accrue. Bruno Delsol a insisté sur le fait que toutes les forces de sécurité sont mobilisées dans cette mission. Une surveillance à laquelle participe en terme de vigilance et de renseignement, dans son champ d'action, la police municipale, "veilleur sur la ville" qui se tient en "position de force d'appoint si besoin", comme l'a précisé Frédéric Soulier.

Plan vigipirate SNCF 6Mais les services de sécurité ne sont pas les seuls à pouvoir agir dans ce domaine. Pour le préfet en effet, "la sécurité est l'affaire de tous et la population doit participer à ce besoin de vigilance". Ainsi, chacun est invité à signaler tout comportement qui pourrait paraître suspect ou tout bagage, sac, colis abandonné. Le cas est particulièrement concret à la gare où des messages d'information en ce sens sont diffusés toutes les 30 minutes. La gare où patrouillent également des policiers, armés, et des agents de surveillance de la SNCF, armés eux aussi. Ces derniers sont 25 sur le tronçon Brive-Limoges.

Plan vigipirate SNCF 4Vigilance accrue également dans tous les établissements amenés à recevoir du public, des administrations aux magasins en passant, bien entendu, par les écoles. Le même souci de vigilance est présent avec, quand cela est possible, des contrôles aléatoires des sacs par exemple. Il en est de même sur les routes où les contrôles aléatoires de véhicules sont plus nombreux.

Enfin, internet fait l'objet lui aussi d'une surveillance. Là aussi, la population est appelée à signaler les sites, les blogs, les prises de positions sur Facebook ou ailleurs pouvant être compris pour de l'apologie du terrorisme. Plan vigipirate SNCF 3Le vice-procureur a insisté sur la réalité "du principe de riposte immédiate des textes de loi". Un jeune Briviste vient par exemple d'être condamné en comparution immédiate à un mois de prison et 90 heures de TIG (Travaux d'intérêt général) pour des propos tenus sur un réseau social après les meurtres de Charlie Hebdo.

Le dispositif est important et doit concerner chacun d'entre nous. "Il n'en est pas moins vrai" selon le préfet, "qu'il faut que la population, comme c'est le cas depuis ces drames, garde son calme et son sang-froid. Il faut continuer à vivre et à travailler normalement. Il n'y a pas de raison par exemple de ne pas voyager ou de ne pas aller dans les magasins", a-t-il conclu.