Actualités

Les femmes laissent leurs empreintes sur le campus

  • Publié le 29/01/2015 à 16:55
  • Par Jennifer BRESSAN
expo de femmes 1pano

Présentée en fin d'année sur les abords de la collégiale, l'exposition mettant en lumière des femmes qui ont marqué de leur empreinte l'histoire locale, est désormais installée sur le campus universitaire de Brive jusqu'au 26 février.

expo de femmes 2Des thématiques (la maternité, la vie religieuse, les arts, la guerre, la résistance, le monde du travail, la citoyenneté, etc), et des noms qui résonnent ici: Marguerite Bahuet, qui a créé l'école ménagère en 1919, Marguerite Genès, actrice du développement du félibrige limousin, Marie-Rose Guillot, conservatrice du musée Ernest Rupin entre 1950 et 1978 ou encore Jeanne Villepreux-Power, pionnière de la biologie marine... L'exposition, composée de 10 panneaux et présentée en ce moment devant l'entrée du campus universitaire, éclaire des trajectoires et personnalités qui ont marqué l'histoire locale.


expo de femmes 4Réalisée dans le cadre de la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, cette exposition originale est le fruit d’un travail qui a réuni plusieurs services municipaux: des Archives et Centre d’études et musée Michelet, qui ont fourni des documents, aux services techniques qui ont, de leur côté, fabriqué les supports métalliques des panneaux, en passant par ceux de l'information ainsi que de la politique des temps et de l’égalité femmes hommes.


"Ce n'est pas un hasard si elle est présentée ici, au campus", explique Myriam Martinez, responsable de la bibliothèque universitaire. "C'est d'abord lié à la convention signée entre la Ville et l'université qui nous encourage à multiplier les échanges notamment culturels. Nous avions d'ailleurs déjà travaillé en ce sens pour les concerts sur le pouce. De plus, le site choisi est un lieu de passage privilégié; c'est surtout un lieu de formation de l'esprit."

expo de femmes 5Sous cet angle, cette exposition prend ainsi une nouvelle dimension. Elle qui permet de mesurer le trajet accompli depuis l'ouverture des cours secondaires aux filles suite à la loi Ferry du 5 novembre 1882, et de pointer du doigt des faits historiques, si ce n'est oubliés, en tout cas trop peu considérés comme l'implication des femmes dans la grande guerre (des infirmières et marraines de guerre aux "munitionnettes") et dans la résistance; ou encore de témoigner des progrès qui restent encore à accomplir. L'exposition rappelle ainsi la faible proportion de femmes chercheurs ou Prix Nobel. De quoi faire réfléchir la gent féminine fréquentant le campus, lui donner des idées et des envies même...

Sur ce même sujet, vous pouvez lire le précédent article consacré à cette exposition: