Actualités

Les orientations budgétaires de l'Agglo débattues dans un contexte contraint

  • Publié le 10/03/2015 à 10:48
  • Par Olivier SOULIÉ
intro agglo

Hier soir, la salle Chadourne accueillait le conseil communautaire de la communauté d'agglomération du bassin de Brive (CABB), avec au programme le débat d'orientations budgétaires.

Les échanges, très techniques, devraient se poursuivre lors du prochain conseil communautaire, le 30 mars, avec le vote du budget de la collectivité.

Hier soir, la CABB vivait son premier débat sur les orientations budgétaires depuis la fusion de 49 communes le 1er janvier 2014.

Dans un contexte contraint par la raréfaction de l'argent public, notamment la baisse importante des dotations de l'Etat évaluée à plus d'un million d'euros pour la CABB, et des perspectives difficiles à déterminer alors qu'un flou subsiste quant aux répartitions des compétences, notamment entre les nouveaux conseils départementaux élus à la fin du mois et les intercommunalités, le débat d'hier a porté essentiellement sur des chiffres.

Henri Soulier, vice-président de l'Agglo en charge des finances, a donc proposé aux élus de visionner des tableaux où apparaissaient à la fois les chiffres du compte administratif 2014 et ceux proposés pour le budget primitif 2015, qui sera soumis au vote le 30 mars prochain.

Quelques lignes ont fait débat, certains élus évoquant des erreurs possibles. Le Directeur général des services de l'Agglo, François Hitier, a dû prendre la calculatrice puis la parole à plusieurs reprises pour expliquer, en substance, qu'il ne s'agissait pas forcément d'erreurs ou de coquilles, mais d'un choix tout à fait délibéré de présentation comptable « qui suit les recommandations du Trésor public en la matière ».

Les tendances du budget 2015


Au delà de ces échanges très techniques et évidemment nécessaires, nous pouvons retenir de ces orientations budgétaires quelques tendances, évoquées hier par Frédéric Soulier, président de la CABB :

  • Une baisse importante des dotations de l'Etat, évaluée à plus d'un million d'euros pour la CABB comme nous le précisions plus haut.

  • Une fiscalité atone qui s'inscrit dans un contexte de crise économique, avec peu de dynamisme puisque la croissance est de + 176.035 euros de produit sur 13 millions de recettes (hors dotations de compensation et allocations compensatrices).

  • Un équilibre budgétaire en 2015 qui sera réalisé grâce aux excédents de fonctionnement de 2014.


Des pistes de réflexion


De ce contexte particulièrement contraint sont nées quelques pistes de réflexions :

  • Une priorisation des politiques publiques communautaires, qui passeront par la conduite de projets d'investissement qui structureront et aménageront le territoire de la CABB afin de le rendre plus attractif et plus compétitif.

  • Une maitrise accrue des charges de fonctionnement par des économies de gestion courante. Les services, mais aussi les structures associées comme l'Office de tourisme et Territoire 19, devront réduire leurs dépenses de 5%. La mutualisation de services, dans le cadre de groupements de commandes, permettra aussi de générer des économies, pour l'Agglo comme pour les communes qui s'engageront dans cette démarche.

  • Une réduction des déficits des équipements communautaires, comme la résidence de tourisme des Collines de Sainte-Féréole et les Jardins de Colette à Varetz. Le maire de Varetz, Nicolas Pennel, a d'ailleurs pris la parole pour dire que « la possibilité d'une fermeture des Jardins de Colette, outil mal conçu, mal localisé et qui se dégrade fortement malgré la bonne volonté de la formidable équipe qui y travaille, devra être étudié ». Frédéric Soulier, saluant un discours « plein de courage et d'honnêteté » a confirmé que la réduction des déficits étaient « un vrai sujet », et que « conserver un équipement touristique implique au minimum d'optimiser son déficit ».


Le soutien aux communes de moins de 3.000 habitants


Malgré le contexte difficile, le budget 2015 intégrera une politique de solidarité financière à destination des communes de moins de 3.000 habitants, soit 42 communes sur les 49 de la CABB, à travers la mise en place d'un fonds de soutien territorial.

La mutualisation à venir permettra également aux petites communes de bénéficier de compétences dans le domaine de l'ingénierie technique et administrative.

Les travaux d'investissement liés à l'eau et à l'assainissement se poursuivront. Un programme pluriannuel est en cours d'élaboration afin d'avoir une vision prospective sur les besoins.

Le budget sera soumis au vote du conseil communautaire le 30 mars prochain.