Actualités

Roger Kemp Biwandu au Maryland les 10 et 11 avril

  • Publié le 07/04/2015 à 14:27
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Biwandu-Roger-lg

Derrière son comptoir de la rue Saint-Martin, Baby n’en revient toujours pas : son Maryland va accueillir le batteur Roger Kemp Biwandu, pour deux concerts exceptionnels les vendredi 10 et samedi 11 avril à 21h30. Une pointure !



 

imagesÀ l’invitation de l’association Lez’Arts du monde, le batteur s’y produira en trio, avec Bernard Entraygues à la guitare et Fred Follet à la basse. La trentaine alerte, ce Girondin aux origines zaïroises (né dans un taxi à Bordeaux, ça ne s’invente pas) est l’un des meilleurs batteurs français, qui plus est dans des styles très divers, jazz, soul-Rn’b, jazz-fusion, pop-rock

Un jeune surdoué autodidacte


"C'est grâce à mes soeurs qui écoutaient de la bonne musique", explique ce jeune surdoué autodidacte. Retour à la fin les années 70: Toto sort son premier album, Police son Outlandos d'Amour. Deux groupes émergents dont les batteurs, Stewart Copeland et Jeff Porcaro, ont à leur époque révolutionné l’instrument. "Elles écoutaient aussi pas mal Les Beatles." De solides références pour le petit Roger qui se met dans le rythme avec les moyens du bord: "Je n'ai pas eu de batterie avant très longtemps. J'utilisais à l'époque les cuillères en bois de ma mère pour taper sur le lit. Je pratiquais comme ça. La première fois que je me suis assis sur une batterie, je savais jouer, naturellement. J'ai eu ce truc en moi."

Son talent précoce l’amène d’ailleurs très vite à se produire avec des artistes comme Biréli Lagrène (à 16 ans, déjà), Pierre Vassiliu (à 18 ans) ou Jacques Higelin (à 22 ans). Roger, surnommé "Kemp" car énorme fan du génial basketteur américain Shawn Kemp, a ensuite joué avec Marcus Miller, Lee Ritenourn, Chris De Burgh, Dee Dee Bridgewater, I Muvrini, Kéziah Jones ou encore le génial guitariste Jeff Beck. "J'ai la chance d'être pote avec beaucoup de mes héros", confie-t-il humblement. Des artistes aux horizons différents et des influences qui convergent d’Afrique, du gospel, du jazz et… du rugby qu’il pratique toujours en loisir dans le club de Lormont en banlieue bordelaise. Il a aussi fait partie des groupes Sixun et Ultramarine.

D’Higelin à Salif Keita


Roger biwandu drSa stature internationale s’est confirmée lors des 4 tournées entreprises avec le légendaire et regretté Joe Zawinul. C’est parallèlement à une tournée mondiale avec le grand chanteur malien Salif Keita que Roger réalise en 2007 son rêve d’enregistrer son premier album, Influences (quasi introuvable), en quintet et sous son nom. Deux ans plus tard, il sort, en quintet toujours, son second opus From Palmer, du nom du quartier qui l’a vu grandir en banlieue bordelaise. Il y poursuit sa route de la musique progressive Jazz Hard Bop, tracée par ses maîtres et amis que sont Jeff "Tain" Watts, Branford & Wynton Marsalis.

Actuellement en phase de composition, Roger Kemp Biwandu aborde son prochain challenge discographique en trio batterie-saxophone-contrebasse. Une configuration audacieuse, ouverte, encline à développer un répertoire de jazz moderne. Un nouvel horizon... Bref, sa venue à Brive annonce deux concerts pour le moins exceptionnels.

Entrée : 5 euros. Infos au Maryland, 13 rue Saint-Martin au 05 55 17 10 78.