Actualités

Le chef d'état-major de l'armée de terre en visite au 126e RI

  • Publié le 20/03/2015 à 13:34
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Le CEMAT. Photo 126

Dans le jargon militaire, on l'appelle le CEMAT, chef d’état-major de l’armée de Terre. Le général Jean-Pierre Bosser, celui-là même qui échafaude le modèle futur de l'armée de terre, était hier, jeudi 19 mars, à Brive en visite de commandement dans les murs du 126e régiment d'infanterie. Une venue discrète, période de réserve électorale oblige, qui a permis, selon le service presse du régiment, "un échange direct et fort apprécié avec les Bisons", et de rassurer les personnels sur le maintien de la garnison.



 

visite chef état major. Photo 126Du fait de l'obligation de réserve qui précède les élections cantonales ces deux prochains dimanches, la venue du général d’armée Jean-Pierre Bosser s'est déroulée dans la discrétion médiatique voulue. Il n'en reste pas moins que le passage d'un général d'armée, même si elle s'opère dans le cadre d'une visite de commandement ordinaire, est un événement plutôt rare. Et d'importance, alors que l’armée de terre est à la veille de créer un nouveau modèle pour les années à venir.

Le CEMAT qui effectuait pour la première fois une visite à Brive a inspecté, cette fois dans sa garnison, un régiment qu’il avait déjà croisé à Bangui quelques mois auparavant. "Dans une démarche de communication franche", précise le chargé de communication, le général a échangé lors de diverses tables rondes que ce soit avec les militaires du rang, les sous-officiers et les officiers: "soit plus d’une centaine de Bisons". Un dialogue qui lui a permis "d’apporter des réponses directes et claires aux questions et problématiques actuelles des soldats, tant dans le domaine des effectifs, des missions (Sentinelle et opérations extérieures) que dans celui de la condition du personnel".

Le CEMAT s’est également adressé à l’ensemble du personnel militaire et civil du 126e RI et les a conforté dans le maintien du régiment à Brive. "Ce maintien s’accompagnera d’investissements dans le domaine de l’infrastructure et devrait permettre de regrouper à la fin de la décennie la totalité du régiment sur la caserne Laporte."

 

Sur ce thème, vous pouvez également lire nos précédents articles: