Actualités

Le théâtre fait débattre les écoliers de Saint Germain

  • Publié le 25/03/2015 à 08:42
  • Par Jennifer BRESSAN
ecole st Germain1pano

Les élèves de CM2 de l'école Saint Germain ont participé à un comité de lecture, fruit d'un partenariat entre l'association Postures et les Treize arches. Au programme des 6 séances, apprendre à lire le théâtre, contemporain en l'occurrence, et en débattre.

ecole st Germain2Sur les conseils de la comédienne Marie-Noële Bordeaux, aux commandes du comité de lecture, Antoine, élève en classe de CM2 à l'école Saint Germain, commence le tour de table des arguments à l'ordre du jour de cette 5e et avant-dernière séance et prononce la "phrase magique": "J'ai aimé ce livre parce que..."

Durant les 4 premières séances de 2 heures, les élèves ont pu faire leur premier pas dans le monde des livres en général et du théâtre contemporain en particulier. Un genre qui n'est normalement pas abordé en CM2. "L'accès au sens est plus difficile", pointe l'enseignante Sandrine Leroy. Pourtant, séance après séance, les élèves sont allés à la découverte des trois pièces qui avaient été spécialement choisies pour eux : Ravie de Sandrine Roche (Editions théâtrales), Mongol de Karin Serres (Ecole des loisirs) et Carabus de Stanislav Cotton, un manuscrit inédit.

ecole st Germain5"La liberté de parole est au cœur de ce projet", assure Marie-Noële Bordeaux, pour l'association Postures qui développe des actions de sensibilisation à l’écriture contemporaine à travers l’organisation de comités de lecture. Aussi les jeunes sont ils invités à livrer tout ce qui leur passe par la tête à la découverte du titre de la pièce ou encore à parler à bâtons rompus de leur lecture. "Il s'agit de leur montrer que leurs ressentis comptent, leur avis également."

Car ce projet n'a pas qu'une corde à son arc. "L'idée est d'apprendre aux jeunes à lire le théâtre contemporain et ce n'est pas une mince affaire ! Mais il s'agit aussi de leur apprendre à débattre." Et cela n'est pas non plus une mince affaire. "On part du subjectif mais en le développant de la manière la plus argumentée possible."

ecole st Germain8"Moi j'ai beaucoup aimé Mongol car c'est une pièce étrange et humoristique", propose Antoine. Chacun à leur tour, les élèves ont proposé des arguments en prenant soin d'écouter ceux de leurs camarades. Car "lire, c'est partager, c'est échanger et être ensemble", leur rappelle la comédienne.

A la fin de la séance, pas moins de 45 arguments auront été trouvés par les enfants. Le plus grand nombre étant allé vers Carabus, que les élèves ont plébiscité. Pas de chance, l'auteur qu'ils rencontreront le 16 avril n'est pas Stanislav Cotton mais Sandrine Roche. Qu'importe ! A ceux qui se plaignent que finalement leur tour d'arguments n'aurait servi à rien, la comédienne s'empresse de rappeler que ce qui compte n'est "pas tant le résultat que le chemin parcouru". L'enseignante le mesure bien, elle, ce chemin parcouru: "L'argumentation est quelque chose de difficile, que l'on commence juste à travailler en CM2" et à laquelle lors de ces séances, presque l'air de rien, ils se seront assidûment exercés.