Actualités

Près de 300 enfants ont chassé les œufs hier aux Perrières

  • Publié le 07/04/2015 à 11:00
  • Par Jennifer BRESSAN
Chasse aux oeufs1 pano

La 3e chasse aux œufs solidaire organisée par le Secours populaire hier, lundi, au parc des Perrières a attiré deux fois plus d'enfants que l'an dernier. Un objet de satisfaction pour le comité de Brive qui va envoyer, comme les autres années, les sommes récoltées au Salvador.

Chasse aux oeufs3Durant de longues minutes, les 300 enfants réunis sur la ligne de départ ont trépigné d'impatience. Alors, quand le signal leur a été donné, c'est à grandes enjambées qu'ils sont partis fouiller les quatre coins des vastes Perrières où le matin même des œufs avaient été cachés.

Des œufs en plastique, 600 en tout, qui avaient été précédemment peints par les enfants des centres Jacques Cartier, Raoul Dautry ainsi que l'IME de Malemort et qui, une fois la chasse finie, devaient se transformer en douceurs chocolatées. La magie de Pâques !

Chasse aux oeufs2Ensoleillée, l'après-midi gourmande était aussi festive et ludique: la trentaine de bénévoles du comité de Brive du Secours populaire y a veillé en organisant des stands de chamboule-tout, sarbacane, jeux en bois, origami et même un atelier de maquillage, proposé par l'école d'esthétique Sylvia Terrade et de danse urbaine, mené par le Tuccs.

Chasse aux oeufs4Mais derrière le jeu, l'enjeu était de taille: récolter des fonds pour le Comasagua, une province du Salvador qui n'a pas été épargné ces dernières années. "Le Secours Populaire y mène un programme de 3 ans pour permettre à 200 familles, soit 1000 personnes, vivant en milieu rural de se sortir de l'extrême pauvreté par l'autosuffisance alimentaire", explique Christine Carlier, chargée de mission. "Sur place, nous avons Jean-Michel Fouillade, un membre du Secours populaire qui est permanent là-bas", poursuit-elle. "Il a aidé aux opérations de reconstruction, notamment d'écoles. A présent, les objectifs sont d'y développer les activités agricoles pour atteindre la sécurité alimentaire, former les habitants aux techniques de l'agriculture bio et les inciter à transmettre ce savoir ainsi qu'à commercialiser le surplus de leur production."

L'an dernier, les sommes récoltées grâce au permis de chasse, 2 euros par enfant, avaient permis de faire l'acquisition de deux filtres à eau.

Chasse aux oeufs7

Chasse aux oeufs6

Chasse aux oeufs5