Actualités

Air Charlie Delta décolle sur l'aéroport de Brive

  • Publié le 29/04/2015 à 15:32
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Denis Chapoul inspectant un avion

La société de maintenance d’aéronefs légers s’installe sur l’aéroport de Brive Vallée de la Vézère. Déjà sur Bergerac et Marmande, la SARL Air Charlie Delta implante ses activités d’entretien et de gestion de navigabilité. Elle ouvre ce 1er mai, jour anniversaire de ses 10 ans. Une très bonne nouvelle pour tous les pilotes du secteur. Un créneau tout aussi porteur pour l’aéroport.



 

devant les batimentsSon bâtiment est rapidement sorti de terre, à côté de ceux de l’aéro-club : 500 m2 de hangar et 100 m2 de bureau. "Avec des possibilités d’extension", prévoit déjà le dirigeant Denis Chapoul. Car sa société familiale qui fête ses 10 ans en même temps que cette nouvelle implantation, a décidément le vent porteur. D’abord implantée sur l’aéroport de Bergerac, voila qu’elle connaît en trois ans une belle poussée.

En 2013, elle absorbe une société voisine. En 2014, elle en rachète une en liquidation à Marmande. "Ça nous a permis d’ajouter une palette importante à nos savoir-faire en matière de réparation sur avion en bois et toile, notamment pour la peinture complète. On est capable de réparer une épave."

capotEn s’installant aujourd’hui sur ce troisième site qu’elle visait depuis déjà 2 ans, Air Charlie Delta étend son territoire et va pouvoir drainer tous les avions légers dans un large périmètre, (entendez par là des aéronefs de moins de 5 tonnes 7 à moteur à piston).

"C’est très valorisant pour l’aéroport et ça peut drainer d’autres activités", espère le président Jean-Louis Nesti. Une bonne nouvelle aussi pour l’aéro-club de Brive comme pour les pilotes propriétaires qui lui confiaient déjà la maintenance de leurs avions. Ils bénéficieront désormais du "service à la maison". "Si je n’avais pas pris les devants, quelqu’un d’autre l’aurait fait puisque l’aéroport souhaitait voir se développer cette activité… et j’aurais perdu tôt ou tard ma clientèle." Une stratégie de positionnement.

entretien1Le gérant n’est pas vraiment inquiet pour remplir son carnet de bal. Il faut savoir que la réglementation impose aux avions un programme d’entretien très strict, voire tous les 6 mois ou toutes les 50 heures pour certaines opérations ou pièces. Cette implantation devrait créer un emploi de technicien dit APRseur.

"Au début, ce ne serait pas un temps complet, mais il serait souhaitable qu’il y ait à terme deux permanents." La société bénéficie d’une solide réputation. Une histoire de confiance pour son fondateur. "Je n’ai jamais fait de publicité. J’ai des clients de Figeac qui viennent à Marmande." Et comme, "même pour un défaut mineur, on bloque l’avion au sol", Denis Chapoul envisage de se doter d’un avion de courtoisie pour ses clients qui se retrouveraient dans cette situation. De même, il propose à sa clientèle une gestion de navigabilité pour tous les rendez-vous réglementaires à honorer. En juillet, il devrait également créer à Bergerac un atelier avionique pour les instruments de bord.

niveau d huileBeau parcours pour cet ancien agriculteur qui rêvait de devenir pilote de ligne. Le plan de vol n’a certes pas été linéaire. Ce Périgourdin plus que tenace aura été technicien SAV pour un grossiste en carrosserie, à nouveau élève pour passer ses CAP de mécano avion et de monteur ajusteur cellule avion, puis mécanicien pour une société qui repérait du ciel les bancs de thons pour les pécheurs en Libye, avant de voler de ses propres ailes. La cible était bien verrouillée. Et c’est naturellement à l’alphabet international qu’il a emprunté pour donner, à partir de ses initiales CD, un nom à sa société. Un Charlie Delta très aérien.

 

controle pano