Actualités

"L'avenir de Silab passera par les unicellulaires"

  • Publié le 30/04/2015 à 14:26
  • Par Olivier SOULIÉ
intro visite silab

Ce matin, le président de l'Agglo Frédéric Soulier visitait un fleuron industriel du bassin de Brive, à la réputation internationale : Silab, entreprise installée à Saint-Viance et qui fête ses 30 années d'existence.

visite 3En 30 ans d'existence, Silab a su s'imposer comme une entreprise de référence à l'international dans le monde de la cosmétique, plus précisément en ce qui concerne l'ingénierie des actifs naturels.

Grâce à trois valeurs piliers, l'indépendance, l'excellence et la qualité, Silab, fondée par Jean Paufique, représente aujourd'hui pas moins de 15% de parts de marché dans le monde. Une prouesse pour une PME, dont la réussite vient sans doute d'une totale maitrise de la chaîne de production, de la création à la commercialisation.

le fondateur« Silab est née d'un projet de valorisation du sang issu des abattoirs », a raconté ce matin Jean Paufique à Frédéric Soulier, président de l'Agglo, venu visiter l'entreprise avec, à ses côtés, Jean-Louis Nesti et Michel Pédamond, respectivement président et directeur de la CCI de la Corrèze, Nicolas Freida, chargé du développement économique à l'Agglo, et Guillaume Cabrol, directeur de cabinet de la collectivité.

« Nous avons d'abord créé un médicament vétérinaire, mais ce fut un échec », se souvient le fondateur.

« Nous avons su rebondir en nous tournant vers le marché des cosmétiques, assez facile d'accès à l'époque. Après un travail sur des produits d'origine animale, nous sommes allés vers des produits d'origine végétale, et nous avons su travailler en partenariat avec nos clients, en répondant à leurs demandes, mais aussi en étant force de propositions, en anticipant les besoins voire en les créant. »

pano reunion

Véritable moteur de Silab, son département Recherche et Développement compte 85 personnes sur 250 salariés au total d'une moyenne d'âge de 34 ans seulement.

visite 1Les têtes pensantes de l'entreprise créent entre 5 et 6 produits par an. Le catalogue de Silab propose 90 actifs naturels, et, jusqu'à présent, plus de 220 brevets ont été déposés aux niveaux national et international.

Le département production, qui s'étend sur 3 unités indépendantes, assure ensuite la fabrication et le conditionnement des produits, puis leur expédition dans le monde entier. Silab réalise en effet 60% de son chiffre d'affaires à l'international, avec « pour objectif à moyen terme d'atteindre 70% » a indiqué Xavier Gaillard, directeur général déléguée en charge de la stratégie.

Silab ne compte pas s'endormir sur ses lauriers malgré une spectaculaire croissance à 2 chiffres depuis 10 ans. Et Jean Paufique l'affirme : « l'avenir de Silab passera par les unicellulaires !»

visite 4Un unicellulaire regroupe, en une seule cellule comme son nom l'indique, un nombre conséquent de molécules. « C'est formidable : dans une seule cellule, il y a, tout simplement, toute la vie ! », s'enthousiasme Jean Paufique. « A nous de savoir trouver les molécules les plus intéressantes ».

Une unité de production dédiée aux biotechnologies, inaugurée le 5 juin prochain, permet déjà d'obtenir la matière première, en l'occurrence des levures (ce pourrait être aussi, à l'avenir, des bactéries et des micro-algues), destinée à la fabrication des actifs naturels cosmétiques.

Le principe est spectaculaire : une seule cellule est dupliquée, et, en un an, on arrive à quelque 100 tonnes de biomasse !

intro 2 visite silab

Dans ce secteur comme lorsqu'il s'agit d'actifs naturels issus de végétaux, « on vend à nos clients de l'efficacité en étant dans une démarche proche de la pharmaceutique, et en étant en mesure de démontrer avec des données claires et précises l'efficacité de nos produits, testés sur un panel de 1.200 personnes », a expliqué Brigitte Closs-Gonthier, directrice générale déléguée Recherche et Développement.

30 ans, l'âge mûr pour une entreprise toujours à la pointe de l'innovation et de la technologie, et qui ne va pas s'arrêter en si bon chemin, puisqu'une nouvelle unité de production pourrait entrer en action dès 2017 à proximité immédiate des 18.000 m2 du site actuel.