Actualités

Destituée, l’ex-première dauphine de miss Brive n’a pas la langue dans sa poche

  • Publié le 10/08/2009 à 16:40
  • Par Olivier SOULIÉ
Emilie Malmartel, ex première dauphine de miss Brive

Dans son canapé, Emilie Malmartel affiche son désarroi. A ses côtés, son petit ami la soutient. Cette jeune fille a été destituée de son titre de première dauphine de miss Brive suite à l'apparition, sur le réseau social internet Facebook, de photos jugées "indignes, inqualifiables et impardonnables" par le comité miss Brive. Conséquence : elle ne pourra pas participer à l'élection de miss Corrèze pour laquelle elle était qualifiée d'office. A moins, bien sûr, de s'y présenter à titre personnel et d'être retenue.Julien Bru, responsable du comité "miss Brive", joint par téléphone il y a quelques dizaines de minutes, persiste et signe : "Il y a eu une photo publiée sur le Facebook de la première dauphine il y a un mois et je l'avais prévenue que ce genre de photos n'était pas digne d'une première dauphine". Cette photo là montrait Emilie Malmartel et deux copines se toucher le bout de leurs langues. Rien de follement érotique. Plutôt une photo de soirée rigolote comme il en existe des milliers sur le net. Mais le comité ne l'a pas vu ainsi : "Il y a un règlement et les candidates signent une charte dans laquelle elles s'engagent à être irréprochables lors de leurs prestations en tant que miss mais aussi dans leur vie personnelle. Emilie et son petit ami AurélienSamedi, une nouvelle photo dans le même genre est apparue sur Facebook (Emilie Malmartel y fait un petit bisou sur la bouche à une amie - NDLR) et là, j'ai pris la décision de destituer la première dauphine de son titre". Derrière la miss Brive Anne-Sophie Fraysse se trouvent désormais Sandrine Pontès, 1ère dauphine et Céline Soulié, 2e dauphine".

Sentant la polémique monter sur sa décision "définitive", Julien Bru tient à préciser que "ce n'est pas une question de discrimination et le fait qu'elle embrasse une femme n'est pas déterminant. Elle aurait embrassé un garçon, ça aurait été pareil. Sauf que, bien entendu, le fait que ce soit une femme fait plus scandale..."

La parole est à la défense. Pour Emilie Malmartel, le choc a été rude : "J'ai appris ma destitution vendredi soir en me connectant sur Facebook. J'aurai préféré que Julien Bru m'appelle d'abord pour me prévenir au lieu de faire un communiqué à toute la presse avant". Réfugiée derrière un sourire un peu triste, la jeune fille, timide, apparaît affectée. "Je n'ai vraiment rien fait de méchant, je n'ai pas fait de photos nues ou érotiques, c'est juste un amusement lors d'une soirée." Aurélien, le petit ami d'Emilie, fustige surtout la méthode employée : "Ça aurait quand même été normal qu'elle soit prévenue avant plutôt que de l'apprendre sur internet. Elle a été touchée et énervée et je la comprends". Lui, les photos ne le choquent pas du tout : "On fait tous des soirées et on s'amuse, c'est vraiment rien". Et Emilie de surenchérir : "Ce n'est pas le cas mais si j'étais homosexuelle ou bi, je n'aurai donc pas le droit de mettre des photos en train d'embrasser ma copine ?"

L'un des problèmes de cette déclinaison locale du scandale Valérie Bègue - Geneviève de Fontenay (la miss France avait été destituée suite à la publication de photos jugées déplacées par le comité miss France), c'est le support sur lequel ont été publiées ces photos. Car les images incriminées figurent ou ont figuré sur le Facebook d'Emilie Malmartel, par principe accessible seulement aux visiteurs qu'elle-même a autorisés. L'internaute lambda n'a donc pas accès à ces photos là. "En plus", ajoute Emilie, "c'est même pas moi qui ait mis ces photos en ligne, c'est des "amis" Facebook, et ces amis là ont signalé sur le site que j'étais sur leurs photos à eux, ce qui a fait apparaître automatiquement les photos sur mon Facebook !"

Echarpe ou pas, Emilie Malmartel fera son possible pour assouvir sa passion en montant sur des podiums. On pourra la voir très bientôt défiler au festival du mariage de Brive. En attendant, l'ex-première dauphine a choisi de s'amuser un peu de sa destitution en posant pour nous avec son petit ami pour illustrer cet article. Sans doute une manière d'avaler au mieux la pilule au goût amer.