Actualités

Calmes et grâcieux, les vaisseaux du désert se baladent dans la ville

  • Publié le 22/08/2009 à 10:34
  • Par Olivier SOULIÉ
Les chameaux dans la rue Toulzac

"C'est vachement sympa comme bête ! Et puis c'est doux en plus !". Bernadette, une Aurillacoise en week-end à Brive, est ravie de sa balade en chameau en centre-ville. Originaires de Mongolie et élevés à Beynat, les deux chameaux présents aujourd'hui en ville jusqu'à 17h pour des promenades gratuites et ouvertes à tous (départ de la place du Civoire) ont impressionné par leur calme et leur grâce. La cour d'honneur de la mairie"Ils n'ont pas de grandes bosses, c'est vrai" constate l'éleveur Didier Billon. "Mais il y a une explication : Sultan est un jeune mâle qui sort jute de la période de rut, période de deux mois durant laquelle l'animal ne s'alimente pas. Quant à Shakti, elle vient d'être maman et allaite, ce qui explique qu'elle ne fasse pas de réserve et donc qu'elle n'ait pas une bosse bien rebondie". L'élevage beynatois compte 3 femelles, un mâle et un chamelon. "C'est exceptionnel car il n'y a eu cette année que trois naissances en France !" se félicite Didier.

cham-nbDrôle d'image que celles de ces animaux déambulant en Corrèze. Mais une image à laquelle il faudra peut-être s'habituer puisque Didier Billon compte bien faire monter son élevage en puissance : "J'ai un projet de centre camelin qui pourrait accueillir des personnes handicapées, notamment des autistes. Il y a quelques années, j'avais un élevage de chevaux mais ils étaient effrayés par les cris des autistes. Le chameau, lui, il s'en fiche des cris. Et puis c'est un animal qui a une telle capacité d'empathie qu'il y a une forme d'interaction avec ces jeunes là".

En parallèle à la mise en place de ce beau projet, Didier Billon continuera à créer l'événement lors de balades avec ses animaux au drôle de cri. Cri qui fera dire à un enfant : "maman, pourquoi il a roté ?" Alors qu'en fait, cher petit, le chameau n'avait que blatérer.





L'éleveur Didier Billon