Actualités

« Nihao », Brivistes!

  • Publié le 26/08/2009 à 08:49
  • Par Allan DE CRAIEYE
Amitiés éternelles en mandarin

"Huan ying yi Orchestrades!" Ce qui veut dire: "Bienvenue aux Orchestrades!" en mandarin. Hier, dans l'hôpital de Brive, la Chine était en effet à l'honneur!

C'est une ambiance de Chine traditionnelle que l'hôpital de Brive a connu hier après midi. En effet, la délégation chinoise présente pour les Orchestrades s'est rendue dans les services maternité et rééducation afin de donner un aperçu des créations musicales en provenance de la Chine du Nord. Après un duo de violon et piano, la chorale entonne quelque chants chinois à deux ou trois voix et, en quelques minutes, le public est sous le charme.

vilonisteLa délégation chinoise conduite et créée par Dong Dong Zao, est présente aux Orchestrades depuis 1994. Seul personnage de la troupe à habiter en France et à maîtriser notre langue, il est aussi le directeur de l'accueil des étrangers à la Bibliothèque nationale de France. Cette année, la délégation est constituée d'une trentaine de jeunes, âgés de 12 à 18 ans, provenant de la région autonome du Ningxia. "Ils découvrent ici autre chose que la France touristique, c'est une vraie chance et une grande richesse pour eux!", déclare Dong Dong. A la question habituelle " Ne sont ils pas gênés par la barrière de la langue ?", il répond, sourire aux lèvres : "La musique est une langue sans frontières!"
Traduit d'un anglais très approximatif (de part et d'autre), voici un aperçu de leurs impressions sur notre villle : "des gens très sympas, de la bonne nourriture, des jolies filles..."

la chorale de NingxiaIl a été surprenant tout de même de découvrir à la fin de leur récital un air qui nous est bien connu sous le nom de "Ce n'est qu'un au revoir". Et si on ne peut pas vous assurer que les paroles soient exactement les mêmes, l'air l'est en tout cas. Cependant, la chanson se nomme chez eux "Amitié éternelle"... mettre en avant l'amitié restante plutôt que le départ, n'est ce pas là un symbole de la sagesse chinoise ?

les masques déclinés