Actualités

Brive Solidarité : “seul on court plus vite, à deux on court plus loin”

  • Publié le 10/11/2016 à 07:45
  • Par Frédérique Brengues
office-solidarite

Plus de cent bénévoles, responsables d’associations, élus ou professionnels locaux se sont réunis le 9 novembre pour assister à la séance d’installation de Brive Solidarité.



 

office-solidarite-2Frédéric Soulier a réaffirmé sa volonté de ne pas prétendre « inverser » la courbe, pour reprendre une expression désormais consacrée, mais toutefois de ralentir la paupérisation endémique qui lentement, et toujours en silence pousse les personnes à la porte du désarroi. Quelque cent bénévoles, élus ou professionnels évoluant dans le domaine de la lutte contre la misère ont répondu présents pour assister à la présentation du dispositif ainsi qu’à la restitution de la synthèse du diagnostic local réalisé par le CCAS.

« Seul on court plus vite, à plusieurs on court plus loin », c’est avec ces mots simples que le responsable local du Secours catholique s’est exprimé pour faire par de sa satisfaction quand à la création de cette entité municipale. Les chiffres présentés ce matin étaient en effet alarmants. Certaines informations édifiantes témoignent en effet d’un vieillissement indéniable de la population locale, synonyme de repli sur soi, de désertification progressive du centre ville ou encore de fuite des forces vives. Ces indicateurs sont autant de signaux d’alarmes quant à l’augmentation annoncée de la précarité. Les personnes âgées, les femmes seules avec enfant, en sont les premières victimes.

Ni contrôle ni ingérence

michel-bamchetMichel Blanchet, responsable du projet, l’a encore affirmé, Brive solidarité ne vise pas à s’immiscer dans le travail singulier mené de front par chaque association mais à amener chacun à agir d’une manière concertée. Des réunions plénières, des groupes de travail qui se constitueront à partir du 29 novembre, donneront cette première impulsion.

De son côté Frédéric Soulier se félicite du rôle déclencheur du nouveau dispositif. « Ce que je souhaite modestement", déclarait-il, "c’est que l’on crée un mouvement et que cette problématique soit prise à bras le corps. Il est de notre devoir de nous organiser collectivement. Nous sommes confrontés à un combat social, à une crise morale. Sans le monde associatif, nous serions impuissants. Grâce à Brive solidarité, nous serons plus forts. »

monsieur-le-maire