Actualités

Ramon Kelvink Jr offre la cerise, faute de pouvoir nous régaler du gâteau

  • Publié le 18/09/2009 à 22:32
  • Par Olivier SOULIÉ
Le phare et la façade rénovée du théâtre bénéficiaient ce soir d'un éclairage de fête

"La pluie a cessé mais, malheureusement, il n'y a pas eu assez de vent pour sécher correctement le fil. On n'est pas là pour donner à voir du sang mais un beau spectacle. Je vous promets de revenir et, ce jour là, croyez moi, on mettra le feu !"

Dépité, Ramon Kelvink Jr a été au contact du public massé place de la Guierle pour expliquer pourquoi il n'aura pas pu marcher sur le long fil tendu entre les deux impressionnants poteaux de fer dressés à deux pas du phare.

Ramon Kelvink Jr perché à 35 mètresZéphyrologie dans la rue ToulzacJean-Paul Dumas, directeur des Treize arches dont c'était ce soir le lancement de la saison culturelle, avait lui aussi la tête des mauvais jours. Mais, constatant la réaction très compréhensive des spectateurs, il a vite retrouvé le sourire. Ce report n'est, au fond, pas si grave. Malgré tout, la fête, certes écourtée, a eu lieu grâce aux excellents musiciens de Zéphyrologie. Dès 20h45, quelques centaines de personnes se sont groupées en haut de la rue Toulzac. C'est de là que partira une déambulation musicale et festive jusqu'à la place de la Guierle avec un long arrêt place du Civoire.

Place du CivoireSous le fil d'acier, la nouvelle s'est diffusée comme une traînée de poudre : les funambules Ramon Kelvink Jr et Jade Kindar-Martin ne "funambuleront" pas... Un soupçon de déception et pas mal de compréhension plus tard, le public a affiché sa volonté de poursuivre coûte que coûte la fête. Alors, les musiciens jouent, et les spectateurs s'amusent. Alors que la fanfare continue le spectacle, quelques regards se posent sur l'un des poteaux tenant le fil sur lequel devait officier Ramon Kelvink Jr. Un homme en jean grimpe et grimpe encore. De plus en plus haut ! Pas de doute, c'est lui !



Toutes les têtes regardent désormais vers le ciel. L'artiste n'allait tout de même pas laisser le public repartir sans avoir offert un numéro ! Et voila le petit bonhomme, perché à 35 mètres, tout en haut du poteau, sans le moindre cordon de sécurité ni le plus modeste filet pour empêcher une chute (heureusement fort peu probable), en train d'effectuer un superbe équilibre avant de saluer les spectateurs. Les applaudissements ont fusé. L'instant était magique. Presque émouvant de générosité. On n'aura pas eu droit au gâteau, seulement à la cerise. Mais quelle cerise ! De très bon augure pour le retour prochain de Ramon Kelvink Jr dans la cité gaillarde !

La façade rénovée du théâtre et son éclairage de fête