Actualités

Banque alimentaire: une banque pas comme les autres

  • Publié le 28/09/2009 à 08:25
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Les bénévoles de la banque alimentaire chargent les denrées alimentaires

Mardi 29 septembre, la banque alimentaire de la Corrèze ouvre ses portes de 9h à 20h au 122 avenue Jean Lurçat à Brive, au Rocher coupé. L'occasion de découvrir cette banque pas comme les autres, dont les chambres fortes sont des chambres froides, les devises des litres de lait, des kilos de steak, des tonnes de pâtes, des milliers de boîtes de conserve... Des denrées destinées via des associations caritatives aux personnes démunies.



Bénévoles de la banque alimentaire de la CorrèzeDès l'entrée, une affiche donne le ton: "Une banque pas comme les autres". Et pour cause, détaille l'annonce: "Elle n'a ni capital ni fonds propres". Son capital serait plutôt la générosité, bien qu'on associe rarement banque et philanthropie. Elle redistribue ainsi des denrées alimentaires aux associations caritatives qui les attribuent ensuite aux personnes en difficultés.

Raison pour laquelle cette banque reste peu identifiée du public. Vous ne rencontrerez ses bénévoles qu'une fois l'an, le dernier week-end de novembre pour la collecte nationale. Ces intermédiaires plutôt habitués à l'ombre se positionnent avec des caddies aux accès des grandes et moyennes surfaces, en appelant votre générosité pour les remplir de ce que vous pourrez lors de vos propres achats. Un utile complément à ce que donnent déjà l'Europe, l'Etat français, les industriels et les grandes surfaces.

Le président Raymond Roubeyrotte"Nous avons un manque de notoriété, tant auprès du public que des autorités, élus ou organismes représentatifs", constate Raymond Roubeyrotte, président de la banque alimentaire de la Corrèze. "Ça fait pourtant 25 ans que la première banque alimentaire a vu le jour à Paris. Aujourd'hui, il y en a  79 en France et mardi 29 septembre, toutes ces banques vont "célébrer" cette création par des journées portes ouvertes." Un double anniversaire puisque la banque de la Corrèze implantée à Brive souffle elle aussi ses 15 ans, dans ses locaux au Rocher coupé, 122, avenue Jean Lurçat.

Son univers: un vaste hangar de 850m2 qui tient à la fois de stockage et de bureaux. Des locaux sans isolation où un petit chalet de jardin, posé à même les lieux, sert de refuge au froid. C'est dans cet local livré aux variations climatiques qu'une petite trentaine de bénévoles retraités se relaient pour trier, ranger, préparer les lots que viennent récupérer les organismes distributeurs.

Logo de la banque alimentaire"Nous travaillons avec 25 associations, Croix-Rouge, Secours catholique, SOS Violences conjugales, Le Roc... Et nous étendons sans cesse notre action: nous venons par exemple de signer une convention avec une nouvelle association, Solidarité Mille vaches. Nous travaillons également avec 18 CCAS (Centres communaux d'action sociale) en leur expliquant qu'il vaut mieux donner des denrées que de l'argent pour en acheter, car au moins nous veillons à respecter un certain équilibre alimentaire et une qualité nutritionnelle." A travers ce réseau, la banque alimentaire a fourni 12.000 personnes en 2008, soit 150 tonnes de denrées.

Tout en bout de chaînes, les "clients" de cette banque sont des familles insolvables, des jeunes en difficultés, des personnes âgées aussi. "Malheureusement, avec la crise, la pauvreté grandit, chez des gens qui n'iront pas se faire connaître et tendre la main, aussi bien en ville qu'en milieu rural", remarque Raymond Roubeyrotte. "A Brive, on a détecté une centaine d'étudiants en situation de pauvreté et qui n'osent pas se manifester. En campagne aussi, une personne démunie se retrouve complètement seule. On pense qu'il y a 15% de personnes ignorées." De fait, la banque alimentaire continue d'étendre son réseau pour aller au plus profond du monde rural. Et si une association n'a vraiment pas les moyens de se déplacer, la banque apporte la marchandise. Elle dispose de deux camions dont un équipé pour le transport surgelé. "Nous avons également organisé un réseau de distribution, des sortes de dépôts auprès de nos partenaires tout au long de la 89."

La cuisinette mobile. De gauche à droite: Raymond Roubeyrotte, Maryse Bach et Philippe LemoineLa banque alimentaire va bien plus loin qu'un simple rôle de distribution en dispensant un peu de formation, cette fois directement, auprès des personnes démunies. Comme par exemple, un atelier cuisine. et là où il n'y a pas de cuisine équipée, la banque amène leur "cuisinette mobile". Aux fourneaux, Philippe Moine, ancien chef cuisinier assisté par Maryse Bach: "On le voit bien, nos stocks de légumes ne partent pas. Les gens ne savent pas cuisiner ou n'en ont plus le plaisir. Nous leur redonnons ce goût avec des produits peu chers, peu de matériel. On y apprend à faire des oeufs mimosa sans batteur, de la mayonnaise ou de la chantilly à la fourchette, à équilibrer un menu. C'est aussi valorisant pour celui qui cuisine, un plaisir qu'il peut partager avec sa famille." Parce que manger moins cher ne veut pas dire manger moins bon. Sans compter qu'il s'agit aussi d'une question de santé publique, la "mal bouffe" favorisant l'obésité et les problèmes cardiovasculaires. "Une nutritionniste va bientôt nous rejoindre pour nous aider sur ce sujet", annonce Raymond Roubeyrotte.

Du lait en provenance de la Communauté européenneEt comme les bonnes habitudes ne se prennent jamais assez tôt, la banque alimentaire va également animer des ateliers cuisine pour des enfants d'un centre de loisirs sans hébergement âgés d'une dizaine d'années. "On ne va pas cuisiner que des gâteaux, mais un vrai repas complet", prévient Maryse Bach. Comme elle, les bénévoles seront sur le pont mardi 29 septembre pour vous accueillir dans leur locaux avec une belle devise "Ensemble, aidons l'Homme à se restaurer". Un bulletin de soutien sera à votre disposition.

***********



Banque alimentaire de la Corrèze, 122 avenue Jean Lurçat à Brive Tel: 05.55.17.56.04 u ba190@banquealimentaire.org

Un hangar de 850m2