Actualités

Rugby. Nicolas Jeanjean : « je suis prêt »

  • Publié le 01/10/2009 à 15:30
  • Par Jean René LAVERGNE
Nicolas JeanjeanDemain soir, Nicolas Jeanjean sera pour la première fois sur la feuille de match. Sera-t-il titulaire d'emblée ou remplaçant? Cette décision appartient aux entraîneurs. Une certitude: à un moment ou à un autre, il jouera face à ses anciens partenaires du Stade français."Je suis prêt", dit il.Depuis une bonne semaine Nicolas Jeanjean partage son temps entre les entraînements, les séances de musculation, les séances vidéo et l'hôtel. ''Mardi prochain, je m'installe dans un nouvel appartement, je vais enfin pouvoir me poser, ce sera plus confortable", explique-t-il. Le garçon sort d'une longue séquence renforcement musculaire. Des efforts encore et toujours pour celui qui souhaite mettre ses qualités au service de l'équipe: "Ce serait un erreur de vouloir briller. Vouloir trop en faire ne servirait pas les intérêts de l'équipe, puis quand on en fait trop, on ne joue pas au rugby".

Fort de son expérience à Toulouse et plus récemment au Stade français, Nicolas Jeanjean qui a été à deux crampons de porter le maillot du champion d'Angleterre, aborde ce retour sur le terrain de ses exploits passés et pour beaucoup oubliés sans doute, avec une philosophie débordante de sagesse. Le poids de l'expérience: "Ce sont des matchs comme les autres, ma seule envie est de bien jouer au rugby et de me fondre dans le collectif". Le jeune et talentueux transfuge du Stade français se rend à Paris sans aucun esprit de revanche, mais il se verrait bien se rappeler aux bons souvenirs de ces anciens  partenaires: "Si je joue, marquer un essai serait pour moi la meilleure des façons de signer mon arrivée dans cette équipe de Brive. Puis, face aux Parisiens, ce serait parfait''.

A quelques heures de sa première apparition sous ses nouvelles couleurs, Nicolas Jeanjean affiche une sérénité de vieux briscard et répète à l'envie comme pour s'en persuader encore: "Je suis prêt". Il pourrait jouer à l'arrière son poste de prédilection. L'occasion fait le larron, Estébanez est incertain pour ce voyage en capitale.