Actualités

Rugby : le CABCL veut relever le défi gallois

  • Publié le 09/10/2009 à 18:55
  • Par Jean René LAVERGNE
Onze ans que le CABCL n'a pas respiré le parfum de cette compétition continentale. Après avoir fleurté puis épousé les sommets, les Brivistes n'étaient plus invités au menu des rois. Demain, ils retrouvent sur leur route les Gallois de Llanelli, l'Europe leur tend les bras de nouveau.Un premier voyage dans l'inconnu pour les Corréziens qui avouent aborder cette compétition avec une farouche volonté de relever le défi gallois et de ces diables de Scarlets de Llanelli. SwanseaUne  ville industrielle de 49 000 habitants située à une portée de drop de Swansea, mais une ville qui vit au rythme de son équipe de rugby. Depuis la création de H Cup, les Scarlets se sont offerts  en 2006 et 2007 un parcours de haut vol avec deux participations en demi finale. Le prestige des Scarlets est en berne depuis quelques saisons, mais cette équipe est joueuse, imprévisible, pas du genre à  opter pour une partie de gagne terrain en montant des quilles en attendant un providentiel en-avant. Stephen Jones, l'ancien joueur de Clermont revenu à la bergerie depuis une saison, est catégorique: ''Nous sommes en reconstruction, mais nous pouvons faire souffrir n'importe qui". L'ouvreur de l'équipe du Pays de Galles annonce la couleur: ça va barder. Les Brivistes sont avertis, ils devront aller à la mine plutôt deux fois qu'une.

Dans ce contexte si particulier, l'issue de ce match semble incertaine. ''Nous savons que pour exister dans cette compétition, on  doit gagner un match à l'extérieur et ne rien lâcher à la maison. Ce match que nous devons gagner loin de Brive, c'est içi", admet Laurent Seigne, le manager qui poursuit: ''Je ne sais si on peut faire la même chose qu' il y a dix ou onze ans,  ce qui est sûr, nous avons envie de la croquer à pleine dents  cette coupe d'Europe".

Les joueurs sont à l'unisson du boss, eux aussi sont venus au pays des Celtes pour jeter les bases de ce qui à leurs yeux sera  une belle aventure. Une histoire qu'ils veulent écrire ensemble, ils pourront dire alors: j'y étais.Séance de signatures pour le plus Gallois des Briviste Alix Popham

Depuis la fin de la journée, l'équipe a élu domicile  dans un hôtel moderne à  Swansee à quelques foulées du port de plaisance. Un havre de paix avant d'aller affronter demain ces imprévisibles Gallois.  A la descente de l'aéroport de Cardiff, Alix Pophan, l''ancien joueur de Llanelli  qui revient au pays sous les couleurs brivistes peut mesurer  sa popularité. Elle est intact malgré l'exil. Des supporters sont venus l'attendre et sollicitent des autographes. Nul n'est prophète en son pays sauf Alix Pophan.

Séance douceurA moins de 24 heures du match, les acteurs sont détendus, sereins même. '' La pression viendra naturellement demain matin", lance tout sourire Vincent Forgues le 3e ligne. Ambiance légère pour l'heure, mais la confrontation hante les esprits. Certains joueurs profitent de ces instants de quiétude pour se faire masser pour adoucir les dernières séquelles de la confrontation parisienne. De la douceur avant de redescendre dans une autre arène à l'environnement hostile dans laquelle il faudra s'accrocher, tenir et saisir les opportunités qui viendront forcément pour faire douter ces Gallois dont la force est justement de ne jamais douter.