Actualités

Patrick Sébastien remercié sans autre forme de procès

  • Publié le 19/10/2009 à 18:32
  • Par Jean René LAVERGNE
Patrick Sebastien avec le capitaine du CABCL Fabrice EstebanezLa défaite de trop face aux Irlandais du Leinster, et Patrick Sébastien se fâche tout rouge et se lâche. Il veut qu'on lui donne plus de pouvoir, tous les pouvoirs, il pense avoir la solution pour sortir le club cher à son cœur de la mauvaise passe où il se trouve. La réaction de l'équipe dirigeante n'a pas traîné en longueur. La décision est tombée comme un couperet. Patrick Sébastien est renvoyé dans ses 22, il est viré du club. Voilà une fois de plus le CABCL en proie à un psychodrame dont il a le secret.

Sur une pelouse annexe cet après midi, les avants sont au boulot. Ils répètent inlassablement des touches, varient les combinaisons. Christophe Lausucq est à la baguette, un peu en retrait Laurent Seigne observe, personne ne moufte, l'ambiance est pesante. Il faut dire que les dernières quarante huit heures ont été mouvementées. Lourde défaite face aux champions d'Europe (36-13), les déclarations de Patrick Sébastien qui, à peine le dernier coup de sifflet donné, jettent un pavé dans le marigot. L'animateur télé veut qu'on lui laisse et à lui seul les clefs du camion. Jean- Jacques Bertrand président du CABCL"Déjà que cette défaite avait plombé l'ambiance, soudain on se serait cru sur la banquise, tant l'ambiance était glaciale après l'intervention de Patrick'', rapporte un habitué des vestiaires. La nuit de samedi à dimanche a porté conseil. Jean- Jacques Bertrand le président et Simon Gillham le directeur général ont consulté les autres membres du conseil d'administration, la décision a été unanime. Le président d'honneur est remercié sans autre forme de procès.

Une fois de plus le club corrézien est dans la tourmente, à moins d'une semaine d'un nouveau match qui s'annonce une fois de plus capital pour la suite des événements. Face au Racing, la marge de manœuvre s'annonce étroite, la défaite est interdite.