Actualités

Rugby : le Racing gagne son pari face à Brive

  • Publié le 24/10/2009 à 17:34
  • Par Jean René LAVERGNE
Les Brivistes ont raté le dernier métro face au Racing. Battus (18-10). Une quatrième défaite consécutive toutes compétitions confondues. Ce soir, après ce second échec à domicile de la saison,  les ambitions commencent à être revues à la baisse. On ne parle plus de jouer les barrages, mais éviter la descente devient la priorité des priorités."On va se battre comme des fous pour sauver ce qui peut l'être encore, nous sommes une équipe de bons gars, il n' y a pas de clan, de rivalité entre nous, on ne veut pas et on ne va pas mourir. Nous avons les moyens de nous en sortir", déclare Simon Azoulai, le regard perdu. Drôle d'ambiance dans ce couloir des vestiaires. La porte des Corréziens est restée close longtemps. Dans une pièce où l'on range le matériel, on apprend que les entraîneurs brivistes sont en grande discussion avec Simon Gillham, le DG du club. Que s'est-il dit derrière la porte grise et triste comme une jour de défaite?

Simon Gillham tiré à quatre épingles comme d'habitude explique qu'il ne souhaite pas prendre des décisions à chaud: ''On sait où cela peut conduire", précise-t il, comme un clin d'œil à l'histoire récente.

Le directeur général se dit en revanche déçu par le résultat: " Je crois que nous avions les moyens de gagner ce match. Nous l'avons prouvé avec cette essai de pénalité qui vient récompenser une forte domination en mêlée fermée". Nous sommes au quart'heure de jeu, la mêlée briviste mate le huit parisien et voit son capital passer à 10 points, le compteur des Parisiens est bloqué à trois.

Ainsi durant plus d'une heure, les Brivistes n'ont plus rien marqué. A peine pensable d'autant qu'ils vont se retrouver souvent en situation de domination territoriale, mais chaque fois, il y aura une petite faute, un ballon tombé, une passe mal assurée, une somme de petits détails qui au bout du bout fait que la victoire s'éloigne et avec les illusions.

Jean-Baptiste Péjoine, le demi de mêlée, ne dit pas autre chose "On débute bien, nous sommes concentrés, puis comme toujours, notre jeu s'effrite et nous commettons des fautes".

Des fautes d'autant plus lourdes de conséquence qu'en face le demi d'ouverture est en réussite et quelle réussite! Il a marqué au pied les 18 points de son équipe, le match parfait à l'extérieur. Réduits deux fois à 14, les Corréziens ont donc payé cash cette indiscipline récurrente. Alors rage et désespoir dans le camp des locaux en attendant peut-être dans les heures qui viennent un nouveau coup de Trafalgar dont le CABCL, il faut bien l'avouer, a le secret.

Un nouvel après-midi gâché, sans la miette du bonus défensif pour se consoler. Le CABCL n'a plus que ses yeux pour pleurer, et la ligne d'horizon est ce soir voilée de doutes et d'interrogations. Le Racing a gagné son pari et Brive s'enlise et pointe ce soir à la 11e place avec 18 points. Brive qui pleurniche et Chabal peut rigoler dans sa barbe fleurie. Le géant a pu mesurer que la Chabalmania avait franchi les portes de la Corrèze. Sans avoir sorti le match de l'année, il a été particulièrement sollicité pour une séance de dédicaces et de photos.

Les Brivistes quant à eux se repasseront peut-être en boucle le film du match. Il sera noir avec un bruit de fond fort désagréable, la bronca du public qui a accompagné leur retour au vestiaire.

Luciano Orquéra, blessé à la jambe droite, est sorti en seconde période, il a été remplacé par Andy Goode. Autre blessé Khinghagishvilli: le pilier souffre du genou.