Actualités

Parking payant à la clinique des Cèdres

  • Publié le 24/02/2009 à 15:55
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Les barrières à l'entrée du parking de la Clinique des CèdresLe parking de la Clinique des Cèdres est devenu payant. L'établissement n'a pas trouvé d'autres solutions pour amortir son nouveau parking "écolo" dont l'aménagement s'élève à 250.000 euros. C'est donc les visiteurs qui mettent la main au porte-monnaie.

Une pratique qui semblerait émerger en France au sein des établissements de soins, même publics. Faut-il s'en inquiéter?

Les panneaux qui accompagnent les barrières d'accès au parking annoncent la couleur: gratuit jusqu'à 30 minutes, ensuite 30 centimes d'euros par demi-heure, jusqu'à un plafond de 7 heures, au delà un forfait jour se met en place pour 4 euros.

"C'est inadmissible", pour les uns. "Pas bien cher, après tout", pour les autres. Les visiteurs de la clinique des Cèdres sont partagés entre étonnement, mécontentement et fatalisme.

Côté direction, la démarche est claire. "Avec l'ancien parking, nous avions un gros problème de stationnement. Les gens se garaient de façon anarchique, sur les espaces verts, devant l'entrée des maisons... Certains, même, n'étaient pas des visiteurs de la clinique." Pour résoudre ce problème d'affluence, la clinique a donc décidé d'aménager un vaste parking de 208 places, doublant ainsi la capacité d'accueil.

Le parking de la Clinique des CèdresCe parking entré en service en septembre dernier est, depuis hier, lundi 23 février, devenu payant. La démarche n'est pas aussi insolite que l'on pourrait croire. "L'an dernier, le CHU de Montpellier a tarifé son parking", commente Laurence Philipot, adjointe de direction. Il suffit de surfer sur internet pour voir que le sujet fait débat. Plusieurs établissements et parmi eux, qui plus est, des hôpitaux publics, font payer leur stationnement comme à Aix-en-Provence, Annecy ou Chambéry.

"Pour nous, c'était la seule solution pour réguler le stationnement et pour amortir le coût d'aménagement de ce parking qui s'élève à 250.000 euros." Et quel parking! "La direction a choisi de s’engager dans une première action éco-citoyenne", souligne le staff de la clinique. "Un chantier respectueux de l’environnement a été mis en œuvre en utilisant moins de tranchées dans le sol, moins de consommation de matériau et notamment de sable, donc moins de transports et donc une réduction d’émanation de co2."

Autre originalité: l'utilisation d'un éclairage photovoltaïque (à énergie solaire). Les dix candélabres « verts » permettent ainsi de réduire considérablement la consommation d’énergie nécessaire à l’éclairage du parking. Moyennant quoi, l’ADEME (Agence départementale de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a accordé une aide de 5.300 euros pour cet investissement d’un montant de 41.000 euros. La Ville de Brive a également facilité la réalisation de cet équipement en cédant une bande de terrain à l'établissement.

Enfin, pour l'anecdote, la réorganisation des plans a permis de conserver le dernier cèdre ancestral. La dizaine de ses congénères qui avaient donné son nom à la clinique, ont fini par être abattus au fil de l'évolution de l'établissement.