Actualités

Rugby : le CABCL renoue avec la victoire face à Bayonne

  • Publié le 05/11/2009 à 22:49
  • Par Jean René LAVERGNE
Brive BayonneUn grand ouf de soulagement a accompagné le coup de sirène. Brive tient sa victoire 19-14 face à une équipe de l'Aviron qui a oublié qu'un match se dispute en deux actes. Les Brivistes ont assuré l'essentiel et se sont quelque peu rassurés.Le public du stadium est finalement la copie conforme de tous les publics de la planète sport. Ce soir, il a applaudi comme des héros ces braves joueurs qui ont maté les Basques. Voilà à peine deux semaines, ce même public réclamait des têtes et sifflait copieusement ces mêmes joueurs à quelques exceptions près. Morale de l'histoire: quand ils gagnent, ces joueurs sont les meilleurs du monde: quand ils perdent, ils doivent répondre de leurs actes. Ainsi va le sport et le rugby n'échappe pas à la règle. Alors ce soir, bien qu'ils aient gagné, les Corréziens ne sont probablement pas les meilleurs du monde, comme ils ne méritaient pas d'être jetés aux orties après la défaite face au Racing. Ce soir, les Brivistes n'ont pas vaincu les ténors de la compétition, mais ils ont livré une prestation appliquée, solidaires face à un groupe qui ne sait plus à quel saint se vouer, si ce n'est à Saint Rémi.

Effectivement, quand Rémi Martin est entré en seconde période au sein de cette équipe basque on a vu d'emblée la différence. Il faut dire qu'en première mi-temps, les visiteurs ont broyé du noir.

Estébanez dans le rôle du bourreau en réussissant deux pénalités et une transformation dans un angle mort et Shaun Perry dans celui de l'homme à la valise. Le demi de mêlée anglais va en réussir une de toute beauté à la trentième minute pour aller marquer un essai en coin qui ne doit rien à personne.

13-0 à la pause café et autres boissons chaudes, cette fois on se dit que ces Brivistes ont vaincu leurs vieux démons. C'est une affaire qui roule d'autant qu'à la reprise, Estébanez envoie une ogive entre les bois 16-0. La réaction des Basques est cinglante, avec la complicité de l'arbitrage vidéo, le premier essai est validé. Le talonneur est venu marquer avec l'énergie du désespoir. Essai transformé 16-7.

Remi Martin l'international qui n'a rien d'un ange blond apporte toute son expérience au sein de ce paquet basque et ça déménage fort. Les gars de l'Aviron sont plus présents, mais ils commettent encore des fautes et les sanctions tombent. Alexis Palisson dans le rôle du justicier marque trois points supplémentaires 19-7. Là, on se dit qu'il ne peut rien arriver à cette équipe du CABCL, elle maîtrise, elle assure, elle assume avant d'encaisser un second essai éclair estampillé Jean-Jo Marmouyet. Essai transformé 19-14. Ce  n'est plus la même musique et voilà le spectre des vieux démons qui semble se déployer à nouveau dans cette humide et froide nuit de novembre. La fin de match sera confuse, mais finalement jamais les Basques ne parviendront à mettre réellement en danger ces Brivistes qui tiennent une précieuse victoire. Alors ils se sont offerts un tour d'honneur en levant les bras vers le ciel pour chasser peut-être définitivement les vieux démons...