Actualités

Casques et baskets sur le chantier du théâtre

  • Publié le 18/11/2009 à 11:20
  • Par Marie Christine MALSOUTE

La classe 3e option DP3 de Jean Lurçat visite le chnatier du théâtre



"Depuis le temps qu'on avait envie de rentrer dedans...", reconnait Solène, casque sur la tête, cahier et stylo en main. "Ça va être bien. Il nous tarde de le revoir fini." Ce matin, c'était cours sur le terrain pour les 18 élèves en 3e option DP3, Découverte professionnelle à raison de 3 heures par semaine, du collège Jean Lurçat. Et pendant trois heures, ils ont visité le chantier du théâtre municipal pour mieux connaître les métiers du bâtiment.



casques sur table lors du briefing

Maîtrise d'ouvrage, bureau d'études, acousticien, OPC (Ordonnancement pilotage chantier)... A peine arrivés sur le chantier, les collégiens ont vite eu la tête aussi remplie que leur cahier de nouveaux termes un peu nébuleux. "On ne pensait pas qu'autant d'entreprises intervenaient sur un chantier. Là, il y en a 15", s'étonne Oriane.

Philippe Gauthier des bâtiments communaux explique le chantierAlors, lorsqu'à l'issue du briefing, l'agent des bâtiments communaux Philippe Gauthier leur propose de passer à la visite des lieux, les collégiens ne se sont pas fait prier. "La fin du chantier est prévue pour fin septembre 2010 mais le théâtre ne sera livré que fin 2010, après les nombreux réglages et le passage de la commission de sécurité", explique le technicien.

Les collégiens, eux, sont impatients surtout de découvrir "la scène", mot magique qui a réveillé leur imaginaire. "Elle fait trois fois celle d'avant", illustre le guide. Les jeunes visiteurs sont un peu impressionnés de fouler ce qui n'est pour l'heure qu'un sol en béton face à des gradins bruts. "Nous en sommes au deux-tiers de la hauteur finale de l'ouvrage", évalue Jean-Michel Martin de l'entreprise Batco. "Houa!", laisse échapper le groupe, nez en l'air. Bref, d'étonnement en amusement, les élèves ne regrettent pas la sortie.

Dans le hall d'accueil"Cette visite leur permet de découvrir les métiers du bâtiment", explique Laurence Roubertie, leur professeur de français qui encadre la sortie avec sa collègue de technologie Jeanine Lafon. "Nous espérons revenir en juin pour aborder cette fois les métiers du spectacle." Tout au long de l'année, à raison de leurs trois heures consécutives par semaine, cette option va ainsi au contact des entreprises pour mieux cerner le monde économique, ses métiers, ses filières et ses formations.

"On va bientôt aller voir des banquiers", lance Stanislas, "car on fait aussi le concours Graines de challenger." Ce concours qui va les occuper une bonne partie de l'année scolaire, incite les collégiens à créer virtuellement une entreprise avec, au final, une présentation publique en mai. Voila quatre ans que le collège briviste y participe et deux ans qu'un de ses équipages se classe deuxième.

"Nous avons quatre équipages, donc quatre projets: une restauration rapide, une discothèque pour les moins de 18 ans, un traiteur de tous les pays et un pour des éco cabanes", distillent-ils en chœur. On leur souhaite une belle aventure.

La classe sur "scène"