Actualités

Grève dans l’enseignement et à la Poste : mouvement partiellement suivi

  • Publié le 24/11/2009 à 10:45
  • Par Jean René LAVERGNE
La poste en grèveUne journée d'action sur plusieurs fronts aujourd'hui. Les enseignants étaient appelés à se mobiliser dans le primaire et le secondaire contre la nouvelle vague de suppressions de postes prévue à la rentrée prochaine. Les postiers étaient invités à faire grève pour dénoncer ce qu'ils appellent la privatisation rampante.Une manifestation départementale à Tulle. Les enseignants du primaire et du secondaire ont battu le pavé de la préfecture pour dénoncer les quelque 16 000 suppressions de postes inscrites sur le tableau noir de la rentrée prochaine. Dans le primaire, cette première journée d"action depuis la rentrée s'est traduite dans le département par quelques fermetures d'écoles et principalement en zone rurale. Selon Dominique Pouget, secrétaire du SNIUPP (Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et Pegc), le taux de grévistes dans le primaire serait de l'ordre de 40%. "On pouvait toujours espérer plus, mais cette journée d'action traduit un profond malaise généré par la suppression de postes pour la troisième année consécutive", fait remarquer le responsable syndical.

Dans le secondaire, le mouvement a été partiellement suivi. Les raisons de la colère sont diverses. "Avec la réforme du lycée, les professeurs et les élèves ne savent plus très bien où l'on va, en plus s'ajoutent comme dans le primaire les suppressions de postes", explique Jean-Louis Puydebois, secrétaire départemental de la FSU (Fédération syndicale unitaire).

enseignement en grèveLes enseignants dans la rue ont croisé les postiers, eux aussi en première ligne sur le front de la contestation. "Une journée pour dénoncer les orientations qui se dessinent. Pour nous, il s'agit d'une privatisation rampante", admet un responsable syndical.

Sur Brive, le mouvement n'a pas été massivement suivi." Les gars continuent à avoir tous les mois des prélèvements, il faut payer les jours de grève du début de l'année, ils ne peuvent pas faire un nouveau jour de grève'', explique un facteur.

En revanche sur Beynat, Beaulieu, Meyssac, Egletons, la distribution a été fortement perturbée, le retour à la normale est prévu pour demain.