Actualités

Sida: dépistage en centre-ville

  • Publié le 01/12/2009 à 13:00
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Le stand information contre le sida rue ToulzacC'est la journée mondiale de lutte contre le sida. A Brive, l'association Aides et l'hôpital ont planté le décor rue Toulzac. Originalité: vous pouvez vous faire photographier avec votre message de soutien, comme dans la campagne nationale d'affiches en noir et blanc Si j'étais séropositif. A découvrir aussi, un jeu de l'oie très instructif.

Le maître mot de cette sensibilisation, c'est dépistage. Un dépistage anonyme et gratuit qui se fait jusqu'à 17h quelques pas plus loin, au service municipal d'hygiène, rue Massénat.



Le badge de lutte contre le sida"Plus tôt on se fait dépister, plus tôt on peut bénéficier de traitements efficaces", insiste Sophie, salariée d'Aides Limousin. Dans le froid de ce premier jour de décembre, militants de l'association et personnels du centre hospitalier battent le pavé de la rue Toulzac pour sensibiliser les passants. A grand renfort de brochures, autres documents et d'une motivation à l'épreuve des chalands pressés.

"La prévention, c'est le préservatif, mais le dépistage est aussi une forme de prévention. C'est important car il y a une certaine banalisation du discours, comme si les gens n'étaient pas concernés", ajoute la jeune militante. Ce n'est pas l'équipe du CIDDIST (Centre d'information, de diagnostic, de dépistage des infections sexuellement transmissibles de Corrèze) venue du centre hospitalier de Brive qui va la contredire.

Le jeu de l'oie contre le sida"Les gens ne sont pas si informés qu'on le croit. Même les jeunes", constate Marie-Claire penchée avec ses collègues sur un jeu de l'oie contre le sida. "Ce jeu permet de reexpliquer les choses en quelques questions simples, du genre attrape-t-on le sida en se serrant les mains. Un jeune m'a encore demandé si on pouvait l'attraper en s'embrassant..." Et oui, on en est encore là! L'enjeu de cette journée est d'établir le contact, d'amener les personnes à parler. A se faire dépister aussi. Dépassée l'image d'une maladie associée aux drogués et aux homosexuels. Le dépistage concerne tous le monde, et en premier chef aujourd'hui les hétérosexuels. Parmi les personnes ayant découvert leur séropositivité en 2005, 51% ont été contaminées par rapports hétérosexuels, 27 par rapports homosexuels et 2% par usage de drogues injectables. Des chiffres éloquents.

Le rugbyman Frédéric MichalakPour faciliter ce dépistage, l'hôpital est descendu dans la rue, ou presque. Une équipe médicale s'est installée à quelques mètres de là, rue Massenat, au service municipal d'hygiène et propose toute la journée jusqu'à 17h un dépistage anonyme et gratuit.

Vous pouvez également apporter votre soutien aux personnes malades en vous faisant photographier sur le thème de la campagne nationale Si j'étais séropositif. Elie Semoun, Line Renaud, Diam's, Mimie Mathy et bien d'autres célébrités s'y sont prêtées. Pourquoi pas vous? Votre portrait noir et blanc imprimé avec votre message, une version affichée sur place, l'autre que vous emportez: un support qui interpelle et une façon de contribuer à changer le regard sur le sida. Vous pouvez également envoyer votre photo et votre message sur le site Si j'étais séropositif.

"Nous allons bientôt monter une campagne avec les basketteurs du CSP à Limoges", annonce Sophie "et nous aimerions bien aussi le faire à Brive avec les joueurs de rugby." En espérant qu'ils ne tapent pas en touche.

Toutes les 6 secondes dans le monde, une personne est victime du virus du sida. L'épidémie n'est toujours pas maîtrisée.

*************



En dehors de cette journée

  • Dépistage anonyme et gratuit sans rendez-vous au centre hospitalier de Brive: du lundi au vendredi de 9h à 16h30 au 10e étage; mardi et jeudi de 17h30 à 19h au planning familial.

  • Permanences de Aides à Brive à la maison des associations, 11, place Jean-Marie Dauzier, un mercredi sur deux de 14h à 18h: les 13 et 27 janvier, 10 et 24 février, 10 et 24 mars, 7 et 21 avril, 5 et 19 mai, 2, 16 et 30 juin. Infos au 05.55.06.18.19 ou le numéro national 0805.160.011 (numéro gratuit)